Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 we're sinking like a bleeding stone (skinner)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 15
Points : 60
Date d'arrivée : 26/09/2017

MessageSujet: we're sinking like a bleeding stone (skinner)   Mar 26 Sep - 0:19


maddox samuel skinner
There is nothing either good or bad, but thinking makes it so.

► âge. Quarante ans.
► job/étude. Lieutenant à la police des moeurs.
► naissance. South Hill, Virginia. Dans ses souvenirs, le drapeau américain fouette encore le seuil de la porte de ses rayures écarlates.
► statut. Marié à une femme, elle-même amourachée d'hommes du quartier et d'un fond de bouteille. Skinner, vierge si ce n'est pour elle, ferme les yeux. La bague, c'est pour la vie. Et puis elle était tout de même délicieuse, la Jodie du passé. Doucement elle lui prenait la main, et derrière la boulangerie le prenait tout entier.
► classe sociale. Moyenne, malgré les déboires de Jodie et les caprices de sa gamine.
► orientation sexuelle. Homme à une femme.

► groupe. Ballad of broken heart.
► avatar.
Code:
[b][u]CILLIAN MURPHY[/u][/b] # maddox skinner.

tes tics, tes manies. 1. Enfant unique, il a été élevé par deux catholiques autoritaires. Encore aujourd'hui, il a une grande idée du Bien et du Mal et peine à sortir des chemins battus. Sa femme lui a permis de s'ouvrir au monde, d'envisager les choses sous un nouvel angle. Il reste néanmoins extrêment solitaire et, on peut l'avouer, pas très marrant. 2. Jodie, sa femme, est tellement alcoolique qu'elle ne s'en rend plus vraiment compte. Maddox se tue à essayer de la réparer, mais très maladroitement, et aujourd'hui ils ne se supportent plus. Ils passent quand même leurs nuits aggripés l'un à l'autre, comme si le fait de se tenir si proches pouvait les ramener à la surface, à leurs belles années. 3. Pour essayer d'épargner leur fille, Clara, ils en sont venus à la gâter. Caprice après caprice, elle mène ses parents en bateau alors qu'elle n'a qu'une envie, finir le lycée et partir loin d'eux. 4. Si c'est son sens de la justice qui a poussé Maddox à rentrer dans la police, c'est aussi le fait de s'être retrouvé seul, sans jamais n'avoir travaillé, un baluchon sur l'épaule. 5. Maddox a toujours eu des chiens, des gros toutous à l'air imposant mais à la tranquillité parfaite. 6. Il revoit ses parents de temps en temps mais ceux-ci ont toujours une haine viscérale envers Jodie et tout ce qu'elle représente. Ils n'ont jamais pardonné Maddox de les avoir quittés pour aller épouser en secret une boulangère de l'Ouest. 7. Il rêve principalement de tranquillité et de normalité. Jodie endormie sur son épaule, Clara jouant du piano, quelque chose qui sent bon dans le four. Ses songes sont des pubs de télévision. 8. Il y a plusieurs affaires qui l'ont marqué, mais celle de Rafe Burrows est la plus récente et la plus difficile à avaler. On lui a proposé le poste de Capitaine l'année dernière mais il a refusé, préférant se consacrer à cette affaire. 9. Il a un accent virginien à couper au couteau, mais ça sied parfaitement au personnage qu'il est. 10. S'il apprécie le silence et le calme qu'on peut lui offrir, c'est une bombe à retardement en interrogatoire. Il essaie tant bien que mal de séparer son bordel familial de sa vie professionnelle, mais lorsqu'il arrache des aveux à un taulard, c'est Jodie qu'il engueule aussi. 11. Il n'a jamais trompé sa femme et elle reste aujourd'hui la seule qu'il n'ait jamais connu. C'est le fait d'avoir grandi ainsi, sûrement, qui l'empêche d'être attiré par les autres, pourtant plus jeunes, plus attirantes, plus stables. Il ne sait pas s'y prendre, de toute façon, et aucune ne vient le chercher. Jodie, au contraire, n'est plus monogamiste depuis bien longtemps. Si Maddox le sait, il le nie. Par fierté, peut-être. 12. Il avait une relation toute particulière avec sa fille, avant. Il était le plus raisonnable et stable de la maison, et Clara y voyait sûrement une figure à suivre. L'adolescence les a brisés, la gamine préférant se rapprocher de sa mère perdue que d'un père amené à sévir. 13. Il a beaucoup voyagé, quand Clara était petite et Jodie assez lucide pour faire de la boulangerie une mine d'or. Il a vu l'Europe, le Canada, l'Inde et le Maroc. Depuis, Phoenix est son horizon le plus excitant. 14. Il a des amis quand il ne fait pas l'ermite torturé. Des gars du commissariat, des parents d'élèves, des anciens de la boulangerie. Des mecs qui lui donnent des tapes sur l'épaule et lui disent "hey dude, isn't it time to get the fuck out of here?" 15. Mais Maddox - cet enfant de vingt ans transporté vingt ans plus tard - aime cette épouse et cette fille d'un amour inconditionnel. Elles sont les femmes de sa vie, les trésors à protéger, les fins mécanismes à réparer. C'est pour elle qu'il nettoie les rues, c'est pour elle qu'il se courbe, avance, se tait.


derrière l'écran.
► ton pseudo/prénom. Jeanne, ou yquem, parce que le vin préféré d'Hannibal est si bon. ► pv, scénario, inventé ? Tout neuf. ► comment as-tu trouvé JoD ? Bazzart. ► et t'en penses quoi ? Il me donne très envie.  Pervers ► des trucs à ajouter/améliorer ?: Des wings gratuites ?

Bon du coup, salut, enchantée. Héhé J'ai extrêmement envie d'acheter une petite moto et de faire le tour du monde dessus, d'avoir des maris dans chaque pays et de revenir pour mieux repartir. J'aime manger de façon non spécifique, renifler les bouteilles de shampoing dans les magasins, gribouiller sur les nappes en papier et être assise en tailleur. J'écris sur des forums depuis que j'ai 12 ans (c'est un peu la te-hon mais WHO CARES), et je déteste toujours autant écrire des fiches de présentation. VOILA. Pervers  


Dernière édition par Maddox Skinner le Mer 27 Sep - 14:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 15
Points : 60
Date d'arrivée : 26/09/2017

MessageSujet: Re: we're sinking like a bleeding stone (skinner)   Mar 26 Sep - 0:20


tell me who you are

La rue encore muette est balayée d’ombres et de morceaux de soleil, les matins sont doux. Le fier soldat a baissé la garde, le flingue est rangé et lui, assis sous le porche, par terre. Sur ses genoux la tête du bâtard, un gros clébard peinard égrenant les secondes de ses ronflements lourds. L’homme et le chien, dans la lumière timide de l’aube, avant l’éveil du reste de la maison, avant les cris, avant le barda.

D’une main il caresse l’épaisse fourrure noire, de l’autre Skinner feuillette un nouveau dossier. Le jargon du légiste et les photos des taches écarlates ne viennent pas déranger le luxe de ce matin tranquille. Les mots sont devenus habituels, familiers, comme si, après vingt ans, le crime s’était finalement fait ami. Tout doucement il tourne les pages, prend un peu de café. Il est six heures. L’heure Skinner.
Il s’enfuira avant l’arrivée du soleil et du bruit, retrouvera le confort du poste de police, l’anonymat des uniformes bleus, la plaque luisante sur sa porte. Le commissariat a parfois la clarté d’un matin tranquille et il est facile d’y réfléchir, d’y évoluer, d’y briller. Quarante ans et les deux barres dorées sur le costume, on l’appelle Lieutenant dans les couloirs, Detective, on lui crache à la gueule dans les cellules. Alors il y a des petites bavures, des salopards qui sont partis, le vent dans le dos. Les erreurs rongent Skinner, et l’injustice le bouffe. Il y a les monstres, criminels de compétition, les yeux vides et le ton froid. Il y a aussi les oubliés, les égarés. Trop bien élevé, Skinner s’offusque souvent de la liberté que prennent les autres, ces enfants qui ont grandi en s’égratignant les genoux dans les champs. Ces petits malfrats qui essaient, juste pour voir, ces gamins un peu paumés qui chialent une fois au trou, ces mômes qui ressortent en souriant, une dent cassée et plus vraiment l’envie d’essayer. Il aime les réparer, s’y applique trop. Il lui arrive d’oublier que certains avaient seulement voulu s’amuser. Il lui arrive surtout d’oublier qu’un jour, c’est lui qui a voulu s’amuser.

Une jolie fille rencontrée au comptoir d’un café, ce sont les vacances d’été en Arizona. Vite, il se rend compte que la fille est une femme, de dix ans son ainée. Skinner est Maddox, un gars penaud de vingt balais. Il vient commander un jus d’orange sous le regard pesant de ses parents, des gens parfaitement ennuyants. La jolie fille s’appelle Jodie. Quand il revient la voir, le lendemain, elle lui embrasse une joue pour la voir s’empourprer.
Est-ce qu’il tombe amoureux ? Est-ce qu’à vingt ans, on sait aimer ? Jodie se donne à lui, toute entière, l’entraine sur des chemins qu’il n’aurait jamais pensé explorer. Elle est sa première et son unique, La Femme, la sienne.
C’est rapide. Il obtient son diplôme, claque la porte de la maison familiale et revient en Arizona. Vingt-et-un ans. Jodie l’attend.  

Jusqu’à Clara, il fait bon vivre à Oro Valley. Jusqu’à Clara, l’ivresse de Jodie le fait rire. Jusqu’à Clara, il semble que faire les cons est une fin en soi.
Avoir un enfant ne fait pas partie des plans. Encore tout deux vacillants, trop jeune et sérieux, trop vieille et pétulante, pas vraiment sûrs de cette alliance au doigt, pas vraiment sûrs d’avoir à s’en préoccuper. Et quand Clara arrive, Jodie s’écroule, Maddox découvre l’amour.

Seize ans en avant, l’homme et son chien, sous le porche. Echappé de la maison, prêt à s’enfuir plus loin, arrachant à la journée ce morceau rare de tranquillité. Bien avant que Jodie ne se lève et trébuche, la tête lourde et le foie imbibé. Bien avant qu’elle ne commence à se plaindre, à chouiner, à hurler – il lui manque toujours quelque chose, il y a encore ce genou qui lui fait mal, cette femme qui l’agace. Bien avant qu’elle aille ouvrir la boulangerie et servir des habitués qui partiront en riant de la vendeuse enivrée. Bien avant que Clara n’arpente le salon, le téléphone à l’oreille, un jeu dans l’autre, cherchant avec ardeur une paire de chaussures, une montre, un cadeau.
Bien avant qu’on ne lui marche dessus, le vieux Skinner, le gars qui n’a pas pu soigner sa femme ni s'empêcher de gâter sa fille.

_________________
feet in the air, head on the ground.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 13
Points : 28
Date d'arrivée : 25/09/2017

MessageSujet: Re: we're sinking like a bleeding stone (skinner)   Mar 26 Sep - 2:07

Coffee & Cigarettes.
" Do, or do not. There is no "try". " - maître Yoda, we love you.

Contente que tu nous aies suivis jusqu'ici Love1
Rebienvenue avec ce scénario Cute
Bon jeu parmi nous! Love1

Café et cigarette, c'est ce que je t'offre pour ta validation. Heureux ? Enfin, officiellement bienvenue sur JoD, en espérant que tu es prêt à arpenter les rues étroites d'Oro Valley. Coeur1 Toute façon, maintenant t'as plus le choix parce que JE TE VALIDE. En premier lieu, je te conseille d'aller créer ta fiche de liens pour te faire plein d'amis. I love you Et puis, parce que c'est obligatoire, je t'offre un tour gratuit vers la TO DREAM LIST, qu'on découvre c'que t'as dans ta jolie caboche. Yeah Et puis n'hésite pas à remplir ton profil, avec les liens vers tes fiches, que ce soit encore plus facile de te stalker. Pervers2

Petite surprise supplémentaire pour cette jolie fiche What a Face Tu as gagné des points ! Tu n'as plus qu'à aller les demander par ici.
Enfin, et pas des moindres, tu veux direct un lien pour le commencement sur ce forum et pour faciliter ton intégration ? What a Face Mais surtout, ne t'en prive pas, c'est juste ici que ça se passe. Coeur1
Enjoy ton passage chez nous darling, et à très vite dans Oro Valley. Cutie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: we're sinking like a bleeding stone (skinner)   

Revenir en haut Aller en bas
 
we're sinking like a bleeding stone (skinner)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [NIE] Spiny Stone Ape
» Alexandre (Oliver Stone)
» Thrumming stone et sensei divining top
» Topic d'infos sur Inazuma Eleven GO Chrono Stone
» Inazuma eleven Chrono Stone-9

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
jungle of dreams :: 

02. ALWAYS BE YOURSELF.

 :: Dry ice and strobe lights :: Vaguely happy people
-
Sauter vers: