Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 néréo & ryleigh ► fantôme du passé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 20
Points : 79
Date d'arrivée : 25/09/2017

MessageSujet: néréo & ryleigh ► fantôme du passé.   Mar 26 Sep - 22:35


fantôme du passé
f e a t ; néréo & ryleigh  Coeur1

Ryleigh sortait toujours par la porte de derrière lorsqu'elle finissait son service. Un sourire aux lèvres, la demoiselle s'étirait de tout son long, tirant sur ses poignets, se mettant sur la pointe des pieds. Un constat : elle était fatiguée, pour ne pas dire épuisée. La fatigue creusait ses yeux, ils donnaient l'impression d'être minuscules. Relâchant son corps engourdi, elle remit la lanière de son sac à main sur ses épaules et regarda l'heure sur sa montre :17 heures. Un regard sur le ciel, gris, parcourus pas de petits oiseaux, elle soupira en se disant qu'elle n'avait pas envie de rentrer. Le courage n'était pas présent. Le restaurant où elle travaillait n'était pas très loin d'un endroit en ville qu'elle aimait fréquenter. Présente à Olo Valley depuis le début de son existence, la demoiselle connaissait la ville comme sa poche. Elle la parcourait en long en large et en travers avec son vélo ou sa voiture. Aujourd’hui, elle était venue travailler en voiture. Elle avait fait un service des plus fatiguant. Peut être était-ce parce qu'elle manquait cruellement d'expérience, mais elle avait l'impression de se dépenser beaucoup plus vite que les autres. Ses collègues n'étaient parfois pas très coopératifs et l'avaient vite mis à des postes où elle ne gênerait pas l'efficacité du service. Ça ne décourageait pas la demoiselle qui insistait auprès de son patron pour faire des heures supplémentaires afin de se former plus rapidement.

Il lui fallait ce boulot. Il lui fallait cet argent. Il lui fallait cette nouvelle vie.  

Déterminée, elle se rendait tous les jours au travail, rythme du moment, pour faire ses services. Elle revenait lessivée chez elle, dormait, et repartait pour une nouvelle journée. Le rythme venait petit à petit. Et Ryleigh se disait que c'était en se forçant un peu que son corps prendrait le pli. Ainsi, elle prit la décision, certainement stupide, d'aller insister et se promener dans le parc. Granada park, c'était le petit parc de la ville, un endroit bien sympa pour se balader ou se retrouver entre potes ou amoureux. Aller dans ce lieu lui faisait toujours plaisir. D'un pas lent, elle passa une des entrées, laissa son regard traîner sur les différents arbres, les gens... La vie était présente ici. Un petit sourire se dessina sur le visage de Ryleigh. Dès qu'elle vit un banc libre, elle posa ses fesses dessus et admira le paysage. Elle pensait. Elle réfléchissait. La machine à rêve se mit en route, doucement, mais sûrement. De son sac elle sortit son calepin et entreprit la production d'un nouveau rêve : une nouvelle histoire lui venait en tête. Stylo en main, les mots s'installaient sur la feuille blanche jusqu'à la remplir. Une, puis deux, puis trois... Ryleigh profitait d'un bon temps dans le parc pour se laisser aller à la rêverie, aux histoires d'amour entre un avocat en fuite et une demoiselle perdue. Une histoire d'amour à rebondissement avec l'impossibilité d'être ensemble à cause de la case prison. Ryleigh imaginait cette scène, elle s'accouda au banc doucement puis relit ses écrits avant de tomber dans un sommeil profond et rapide.

La belle brunette s'était endormie sur un banc, installée de côté pour que sa tête profite d'un de ses bras comme oreiller. Elle semblait apaiser. Ses rêves étaient doux. Si doux qu'elle souhaiterai y rester à vie.


_________________
uc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Admin □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 13
Points : 28
Date d'arrivée : 25/09/2017

MessageSujet: Re: néréo & ryleigh ► fantôme du passé.   Mar 26 Sep - 22:59


Fantôme du passé


Feat. Ryleigh

''- Je t'engage, mais je te surveille'' énonça l'homme en me regardant de haut. Ah les riches... Franchement. Je sais que je suis un ancien prisonnier, mais si seulement les gens savaient la vérité derrière tout ça. J'avais promis de ne rien dire à mon ami, ce que j'allais faire. Je sais tenir ma langue. Je sais tenir mes promesses. Je n'ai pas fais de la taule pour rien. J'affiche un sourire forcé envers l'homme qui allait être mon patron pour la journée. ''- Très bien, Monsieur. Quel est donc votre problème, exactement?''Il ouvre la porte pour me laisser entrer. Je sens ses yeux me scruter alors que je passe devant lui et il me suit derrière. Je peux presque le sentir contre mes talons tellement il est proche. Je peux ravaler ma salive. Il est imposant ce mec. J'ai bien beau être imposant moi-même, mais il est barraqué, de très forte carrure. Je crois pas que je ferais le poids face à lui dans un combat, même si celui-ci était régulier. ''- L'un des tuyaux dans la cuisine fuit. Tu penses pouvoir le réparer?'' Je tourne la tête vers lui, enfonçant mon regard céruléen dans ses yeux froids. ''- Je vais constater les dégâts en premier et ensuite évaluer ce que je peux faire.''

Je m'avance jusqu'à la cuisine où je viens déposer ma boîte à outils sur le sol. Je viens enlever ma veste en cuir, la déposant un peu plus loin. Je retrousse mes manches et j'ouvre les portes. Je remarque immédiatement la fuite. J'ouvre la boîte en métal afin de chercher un outil bien précis. Je prends une clé anglais et je me penche davantage afin d'avoir un meilleur accès sur le tuyau. Parfois, j'ai un peu moins de chance en tournant la clé, puisque l'eau vient gicler sur mon visage, me faisant grimacer. Je réessaie plusieurs fois avant de parvenir au résultat escompté: la réparation. Cela m'a pis près de deux heures de travail puisqu'il n'y avait finalement pas qu'un seul tuyau défectueux là-dessous. Je referme les portes lorsque j'ai terminé, refermant ma boîte à outils. J'enfile ma veste et je viens voir le propriétaire. ''- C'est fait.'' Il lève son regard sévère sur moi et me tends quelques billets. Mon prix est à peine le 1/3 d'un professionnel. Ce riche est un radin. Je force un dernier sourire avant de quitter cette maison. Je viens déposer ma boîte dans mon véhicule de mauvaise fortune et je roule jusqu'à ma petite maison.

Je ne veux pas rester chez moi ce soir. Je ne fais qu'y entrer afin de prendre une bonne douche chaude, enlever cette crasse de mon visage. En moins d'une heure je suis lavé, habillé de nouveaux vêtements. Je prends un joint que j'ai roulé la veille et je quitte ma petite maison. Je me dirige calmement vers Granada Park où j'ai l'habitude d'aller fumer en paix. J'allume ma came en chemin, laissant la fumée venir brûler mes poumons alors que j'observe les arbres autour de moi. J'avance encore et encore, tirant de plus en plus sur le joint qui finit par mourir, au bout de sa quantité. Je le jette au sol en l'écrasant de mon pied. J'ai repéré un banc non loin afin de pouvoir m'asseoir, mais lorsque j'arrive, je distingue qu'une jeune femme s'en est portée propriétaire. J'allais passer mon chemin lorsque quelque chose sembla me frapper: son visage. Je m'approche. Je m'accroupis près d'elle et je tends les doigts vers sa joue. Doucement, je viens enlever les mèches rebelles devant son visage et mon coeur arrête de battre pour une bonne seconde. Ryleigh. Que fais-tu donc ici ,seule, endormie sur un banc public? J'avais peur pour elle. J'avais peur que quelque chose lui arrive. Je ne l'avais pas vu depuis ma sortie de prison. Quelle coïncidence! La vie nous met parfois dans de drôles de situations.

Doucement, évitant de réveiller la belle au bois dormant, je viens glisser un bras en-dessous de ses jambes et l'autre dans son dos. Je redresse son corps avec lenteur, faisant en sorte que sa tête se dépose sur mon épaule. Elle est si légère... Une chose me frappe et c'est son parfum. Depuis combien de temps aies-je rêvé de pouvoir sentir son parfum? Il m'avait tant manqué dans les murs de la prison... Je ne prends pas trop de temps et je marche un peu plus rapidement en direction de ma petite maison. La marche prend une quinzaine de minutes avant que je ne pousse la porte du mieux que je pouvais, la refermant avec mon pied derrière moi. Je marche encore quelques pas avant de déposer la belle brune sur mon lit. C'est en silence que je viens couvrir son corps de mes couvertures et une dernière fois où je viens passer le bout de mes doigts contre sa peau, enlevant ces mèches brunes rebelles de son visage si doux à observer, si paisible endormi...

©️ HELLOPAINFUL


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 20
Points : 79
Date d'arrivée : 25/09/2017

MessageSujet: Re: néréo & ryleigh ► fantôme du passé.   Mer 27 Sep - 1:04


fantôme du passé
f e a t ; néréo & ryleigh  Coeur1

Les yeux fermés, le visage apaisé, Ryleigh s'était endormie comme un grand bébé au beau milieu d'un parc de centre ville. Les jambes croisées, le corps joliment déposé sur le banc public qui lui servait de lit, la demoiselle s'abandonnait à des rêves bien plus irréalistes que ceux qui s'étaient inscris dans son carnet quelques minutes avant. Elle avait ce petit sourire des rêves doux, ses mèches brunes se déposaient doucement sur son visage, au fur et à mesure que celui-ci s’enfonçait dans son bras, bientôt engourdi. Sa tête était si lourde, remplie de problèmes d'adultes, de problèmes d'argent. Comment se payer cette école et vivre à côté ? Comment faire face à la dureté de sa famille ? Comme faire pour exceller dans le cinéma ? Était-ce sérieux de vivre de rêves. Doutes, peurs, interrogations et remises en questions se battaient quotidiennement dans son crâne. Heureusement, la machine à rêve était encore en route, elle fonctionnait parfaitement bien puisqu'elle produisait encore de beaux écrits permettant de sauvegarder les idées sur un support magique : son bloc note.

Depuis quelques semaines, Ryleigh ne sortait pas dans son bloc note dans son sac. Bleu turquoise, en plastique délicat au touché, presque doux, il était d'un petit format. Pratique à transporter et directement accompagné d'un stylo, Ryleigh n'avait qu'à s'installer quelque part et écrire pour pouvoir entrer dans une phase de création. Elle le faisait depuis longtemps. C'était simplement devenu plus fréquent ces dernières semaines, une fois qu'elle avait pris la décision de prendre son envole.

Son bras perdait petit à petit une partie de la circulation du sang à cause de cette tête bien trop lourde et de cette position improvisée pour une sieste qui l'était tout autant. Pour ne pas dire un somme. Profondément endormie, il aurait pu lui arriver n'importe quoi. Tout ce qu'elle ressentait en cet instant c'était un profond bien-être. Son bras se soulagea d'un seul coup du poids de sa tête et trouva même un coussin d'un confort sans nom. Une douceur, une délicatesse que la demoiselle n'avait pas senti depuis longtemps. Elle sentait de l'air sur sa peau, peu agréable. Son visage alla donc se cacher dans un creux confortable, l'abritant doucement, elle soupira d'aise. Le confort était totale. L'air changea rapidement, il se réchauffa. Son confort s'améliora aussi, elle se retrouvait confortablement installée, reconnu à peine ce qui semblait être un oreiller et le serra dans ses bras en s'installant dans sa position favorite : sur le ventre. En un petit gémissement de sommeil, doux et discret, elle s'installa comme si elle se trouvait sur son lit. Tournée du côté de son interlocuteur, elle enfouit presque son visage dans le coussin. Quelques doigts venaient la caresser, doucement. Si délicats... Elle sentait ensuite les mèches de cheveux trouver place derrière son crâne, dégageant ainsi petit à petit son visage et son cou.  Tout était trop confortable. Et une odeur traînait. L'odeur avait soudainement changée. Une odeur masculine, un parfum qui ne lui était pas inconnu... Un parfum viril, agréable, mélangé à une odeur de joint... Ou peut être était-ce celle d'avant ? Aucune idée. Rien ne semblait cohérent. La demoiselle, décidément à ses aises, se mit de côté, face à son interlocuteur et lui prit la main doucement, cessant ces caresses.

Le confort était total. Elle n'eut aucunement conscience que quelqu'un l'avait prise dans ses bras et transportée pendant quinze bonnes minutes. La demoiselle entrouvrit brièvement les yeux après quelques minutes. Une main se dessina dans son faible champ de vue. En précisant son regard, en ouvrant plus franchement les yeux, elle remarqua que cette main était totalement tatouée. Et c'était une main qu'elle tenait fermement.

Qui avait un tatouage sur la main dans son entourage ?
Où était-elle ?
Était elle partie du parc ?


Sans se souvenir d'un élément rassurant, son cœur se mit à battre rapidement dans sa poitrine. Prise de panique, elle se rendit compte que les draps lui étaient inconnus, qu'elle était bien chez un homme et que cet homme était en train de la caresser doucement. Elle referma les yeux pour réfléchir, espérant ne pas avoir été vue en train de le regarder. Même si il y avait de fortes chances qu'il l'ait vue... Elle prit sa main contre elle doucement et tenta un changement de position pour le voir. En tout cas, il n'avait pas l'air bien méchant, il ne lui... avait rien fait n'est-ce pas... La demoiselle se retourna ensuite assez rapidement pour se relever d'un coup et regarder son interlocuteur en s'écriant : « Qui êtes vous ?! Et pourquoi suis-je... » Elle stoppa sa phrase en plein élan. Sa voix se stoppa au moment où son cœur sauta un battement. Électrisée entièrement, un frisson passa le long de son corps alors que ses yeux s'étaient arrêtés sur un visage. Ces yeux claires avec un air faussement durs, cette forme du visage si particulière, ces cheveux bruns...  « Néréo ? » dit elle doucement : toute la peur qu'elle avait éprouvé quelques secondes auparavant s'était volatilisée. Elle s'était adoucie d'un seul coup face à ce visage qu'elle n'avait pas vu depuis... Trop longtemps. Croisant les bras, elle le regarda interrogative, elle se demandait ce qu'il faisait ici, puis, s'adossant au mur, elle se tourna pour regarder ce mur qu'elle n'imaginait pas présent. A ce moment précis, elle se rendit compte qu'elle n'était pas chez elle : son lit à elle ne donnait pas sur un mur mais sur le vide. Elle manqua de se cogner contre cette belle couleur chocolat et s'écarta pour s’avancer à nouveau vers lui. « On est où ? Qu'est-ce.... que tu fais ici ? Pourquoi je suis là ? Je n'étais pas en train de dormir à Granada Park ? »

Si si Ryleigh, tu dormais profondément.

Ses sourcils se courbèrent, signe d'une inquiétude. Elle ne l'avait pas vu depuis des années et ils se retrouvaient sur le même lit ? Plutôt étrange. Naïve mais pas dupe, elle s'interrogeait. Surtout qu'il l'avait quittée du jour au lendemain : laissée sans nouvelles, sans pistes... Elle croisait les bras, signe de l'attendre d'une réponse précise et complète.


_________________
uc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: néréo & ryleigh ► fantôme du passé.   

Revenir en haut Aller en bas
 
néréo & ryleigh ► fantôme du passé.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fantômes du Passé
» Villes fantômes
» Ulrhon, Seigneur Fantôme Corrompu
» Fête de nostre fantôme d'amour OXAR
» Fantôme De Noël !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
jungle of dreams :: 

04. ORO VALLEY MISS YOU.

 :: Bakery place :: Granada park
-
Sauter vers: