Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 what did you expect ? (bonnie & clyde)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 25
Points : 100
Date d'arrivée : 26/09/2017

MessageSujet: what did you expect ? (bonnie & clyde)   Mer 27 Sep - 20:39

what did you expect ?
Patronyme 1
feat.
Dénomination 2


 

 



 

 

I'm gonna fight 'em all, a seven nation army couldn't hold me back. They're gonna rip it off, taking their time right behind my back... And I'm talking to myself at night, because I can't forget, back and forth through my mind, behind a cigarette. And the message coming from my eyes says leave it alone  ΔThe White Stripes.

J'arrive enfin au local de répétition. Pour ne pas changer, je suis la première arrivée. J'ai les bras chargés, avec un ampli dans une main, un café dans l'autre et ma basse sur le dos. Je peine à tourner la clé dans la serrure, si Eliot était là il se foutrait de moi. J'ouvre cette foutu porte, pose mes affaires, souffle un bon coup et referme la porte derrière moi. Je regarde la pièce, et un sourire s'étire sur mon visage. Il faut dire que ça me fait toujours plaisir de retrouver cet endroit. Je fais un petit tour du local que je connais déjà par coeur. Des câbles jack accrochés au mur, entourés d'un milliard de posters et de trucs à la cons, des photos de nous vieilles comme le monde, d'autres jacks sont par terre (ouais, on est pas à cheval sur le rangement non plus), des amplis un peu partout. La batterie de mon frère est au fond de la pièce. Je m'en approche, effleure légèrement la peau de la caisse claire et en fait tour pour m'asseoir sur le tabouret. Y'a plus qu'à l'attendre. D'habitude, on ne répète pas le lundi. Mais ce matin, j'ai reçu un texto de mon frère disant RDV au local de répèt à 13h, je pense que j'ai trouvé le meilleur guitariste. Je regarde à nouveau le texto, et ne peux pas m'empêcher d’émettre un léger gloussement.
Le meilleur guitariste ? On l'a déjà dans le groupe, c'est Lucius, mon meilleur pote et puis c'est tout. Impossible qu'il ait trouvé mieux. Le seul que j'ai pu connaître ayant un aussi bon niveau,
c'est celui que j'ai viré il y a des années de ça. Une grosse erreur, certes mais c'est arrivé. Ne vaut mieux pas reparler de ça.

En les attendant, je m'amuse à taper sur la batterie. Mon père et mon frère sont batteurs, c'est un instrument que je connais bien. Je ne sais même pas si Lucius compte nous rejoindre ou pas. Enfin de toute façon, quand il s'agit de faire rentrer quelqu'un dans le groupe, je suis la plus exigeante. Et j'ai toujours du mal à faire rentrer quelqu'un que je connais pas. Parce que dans un groupe, il n'y pas que de la musique et la qualité du musicien, il y a aussi les affinités. C'est comme ça qu'un groupe peut marcher, en se soutenant les uns les autres et en restant proches. Je ne me fais aucun doute sur mon amitié avec Lucius, c'est mon meilleur pote et ça risque pas de changer. Et mon frère bien-sûr, c'est mon sang. Alors Eliot qui ramène soit-disant le meilleur guitariste, il a intérêt d'être excellent s'il m'est inconnu au bataillon. Je soupire, et sors un paquet de clopes de ma poche et m'en allume une. Quoi, c'est interdit de fumer ici ? J'ai l'air d'en avoir quelque chose à foutre ?
©️ Gasmask



_________________

☆☆☆ ne soyez pas si pressés de croire tout ce que l'on vous raconte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 49
Points : 432
Date d'arrivée : 26/09/2017

MessageSujet: Re: what did you expect ? (bonnie & clyde)   Mer 27 Sep - 22:28


What did you expect ? (Bonnie & Clyde)
So what if I'm crazier than crazy? So what if I'm sicker than sick? So what if I'm out of control? Maybe that's what I like about it! You can say that I'm going insane. And I'm not quite right. And that I'm to blame. You can say that I'm sick on the inside. Bet you don't know I like it that way. You can say whatever you like! ► Three Days Grace - So what?

Tapotant le volant de ma caisse, ma clope au bec, je réfléchis au moyen le plus rapide de buter Eliot. C’est de sa faute si je suis devant ce local à la con, aujourd’hui. « Non mais tu verras, ça sera cool ! Comme au bon vieux temps ! Lucius, toi, Bonnie et moi ! ». Sur le coup, je lui ai demandé si l’encastrer dans le mur de l’appart’, ça serait aussi comme au bon vieux temps. Malin, il m’a rétorqué un cinglant « T’es tellement casse-couilles que t’es incapable de rester dans un groupe plus de 6 mois. Même si c’est le tien ! ». Il avait raison. Bien entendu. Ca m’arrachait la gueule de l’admettre, alors je lui ai juste fais un doigt d’honneur. Ca n’est pas de ma faute, si j’ai un caractère assez difficile à supporter pour les petites natures dont j’ai pu croiser la route, ces dernières années, et que ça a toujours fini par clasher, dans les groupes où j’ai tenté de jouer. Est-ce mal, de ne pas avoir sa langue dans sa poche, et de dire de suite dès qu’on trouve con un truc ? Est-ce un tort d’avoir essayé de faire comprendre, quelques fois, que concilier plaisir et musique, au sein d’un même groupe, c’était loin d’être l’idée du siècle ? Je le sais assez bien pour avoir fait cette immense connerie, il y a des années de ça, donc, je sais de quoi je parle, merci bien ! Mais non, les gens préfèrent les faux-culs, et refusent d’écouter les conseils. Qu’ils aillent tous servir de bûches humaines en Enfer, ça me fera des vacances ! « T’es sans groupe depuis 3 mois. Tu tournes en rond comme un lion dans sa cage. Et tu vas bientôt sentir pareil, en plus. », avait rajouté mon demeuré de meilleur pote, pour achever de convaincre. Mais il avait raison sur un point : ne pas avoir de groupe me rendait cinglé. Je jouais en solo, j’arrivais à faire quelques concerts, en jouant des reprises ou des compo solos, mais ça n’est pas pareil. J’ai besoin d’un groupe. De l’atmosphère qui s’en dégage, quand l’entente est présente. Et du petit « famille » qui s’en dégage. Ce qui revient à dire : j’ai besoin de remonter le temps pour retrouver le groupe que j’avais fondé avec Eliot, et de m’empêcher de me taper Bonnie, pour que le groupe ait réussi à traverser le temps. Ce qui a été le cas, mais sans moi. Les enfoirés. Car je n’ai jamais retrouvé une telle chose, par la suite ! « Et ça emmerdera Bonnie que tu reviennes, en plus. Car elle sait que t’es le meilleur pour jouer avec Lucius sans tout démolir. Et qu’elle sera obligée de te garder, car on a besoin d’un autre bon guitariste ! ». C’est surtout ça, qui m’a convaincu de venir ici, aujourd’hui. Cet argument parait tellement moins judicieux, aujourd’hui, qu’il ne l’était, à ce moment-là.

Des cendres tombent de ma cigarette, atterrissant sur mon jean, me faisant revenir à moi. « Fais chier tiens ! », grogne-je entre mes lèvres entrouvertes par ma clope, faisant écho aussi bien à mon agacement d’être présent aujourd’hui, que pour le fait de voir mon jean partiellement dégueulasé de la sorte ! Un rapide coup d’œil à ma montre m’apprend que je suis à présent en retard d’un bon quart d’heure, en ayant traîné une bonne dizaine de minutes dans ma bagnole. Au moins, ça, ça ne change pas. Et si Eliot croit que je vais faire des efforts pour arriver à l’heure, dans l’espoir que ça joue en ma faveur, il se fourre le doigt dans l’œil, et bien profond ! C’est déjà beau que je sois vraiment là et que je me motive à sortir de ma voiture, il n’a pas à se plaindre : je tiens parole. Mon agacement se perçoit à la façon avec laquelle ma portière se voit claquée, alors que j’ouvre la porte juste derrière mon siège pour choper ma gratte. Cette portière subit le même sort que sa camarade un peu plus, alors que je prends mon instrument. Des guitares, depuis le temps que j’en joue, j’en ai plein. Mais j’en ai une fétiche : celle-ci. Et c’était déjà elle qui m’accompagnait, la plupart du temps, pour jouer avec le groupe qu’on avait fondé, Eliot et moi. Une guitare offerte par mon frère, bien l’un des derniers cadeaux qu’il m’ait offert qui m’ait été réellement utile.

D’un pas décidé, quoi qu’un peu blasé, je franchis les quelques mètres qui me séparent du local. Et parce que ça n’est pas la politesse qui m’étouffe (de toute façon : à quoi ça sert ?), je me permets d’ouvrir la porte sans frapper. « Toujours le même bordel ! », dis-je alors, une fois entré. Pas le même local, pas le même groupe, mais toujours le même merdier. Y’a des choses qui ne changent pas. Comme Bonnie et les clopes, par exemple. D’un froncement de sourcils, je lui indique : « Tu te souviens pas ? Fumer tue ! », raillé-je, faisant allusion à ce que je lui sortais, à l’époque, quand bien même je n’étais clairement pas le meilleur exemple qui soit, ayant commencé à fumer à peine au collège. Tout en proférant ses paroles, laissant à croire que tout est normal, j’écrase ma propre cigarette sous mon pied, étant toujours à l’extérieur, avant de rentrer pour de bon, laissant la porte se refermer derrière moi. Et j’évite soigneusement de la regarder, préférant m’attarder sur la déco. C’est bien plus prudent. J’ignore encore si j’ai envie de lui hurler dessus, de lui en coller une, de lui demander froidement quel a bien pu être l’intérêt de me virer à l’époque, de la secouer dans tous les sens jusqu’à ce que j’en ai marre, ou de la plaquer contre un mur pour l’embrasser ? Et oui, pauvre de moi, ça, ça reste toujours une option qui me plairait bien, même si je l’engueulerais comme une merde avant de céder à une telle connerie. Finalement, une poignée de secondes plus tard, je lâche juste un « Alors comme, parait que les bons guitaristes, ça court pas les rues ? Ca doit être comme les producteurs qui disent pas de la merde juste pour que des bassistes trop crédules écartent leurs cuisses devant eux ? », cinglant, sans oser la voix. Eliot, je suis désolé, vieux frère, j’avais promis de faire des efforts pour retenir mon venin, mais voir ta frangine m’a mis plus sur les nerfs que je ne l’aurai pensé… Et comme si je ne venais pas de me comporter en gros enfoiré, je pose ma guitare, l’appuyant contre le mur. J’ignore si ce que je viens d’avancer est vrai. Je m’en fous. Je m’en fous, n’est-ce pas ?

copyright crackle bones

_________________
Love buzz
Would you believe me when I tell you you are the queen of my heart? Please don't deceive me when I hurt you. Just ain't the way it seems. Can you feel my love buzz?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 25
Points : 100
Date d'arrivée : 26/09/2017

MessageSujet: Re: what did you expect ? (bonnie & clyde)   Ven 29 Sep - 12:28

what did you expect ?
Patronyme 1
feat.
Dénomination 2


 

 



 

 

I'm gonna fight 'em all, a seven nation army couldn't hold me back. They're gonna rip it off, taking their time right behind my back... And I'm talking to myself at night, because I can't forget, back and forth through my mind, behind a cigarette. And the message coming from my eyes says leave it alone  ΔThe White Stripes.

Il ouvre la porte. Pendant une seconde, j'ai cru que c'était mon frère que j'attendais avec impatience. J'ai même eu le temps d'exhiber un grand sourire, avant de me rendre compte que non, quelqu'un ouvre la porte et ce n'est certainement pas mon frère. Clyde, le fantôme de mon passé, se trouve là. Et sans mon frère en plus. Sans même que j'ai le temps de réaliser, je crois qu'il prononce vaguement des mots sur le bordel du local, mais cela me passe tellement outre parce que.. juste parce qu'il est là sous mes putains d'yeux. Et ça suffit à me paralyser, j'arrive pas à ritirer mon regard de tout son être alors qu'il entre pour de bon. Lui, ne me regarde pas et c'est peut-être mieux comme ça, au moins il assiste pas au bug intersidéral auquel mon corps fait face. Toujours sur mon petit tabouret de batterie je le vois regarder autour de lui. Putain, Clyde. En fait je comprends pas ce qu'il fait là, je n'arrive toujours pas à percuter. Qu'est ce que je dois faire ? Lui répondre ? Fumer tue, oui je sais, c'est qu'il me disait souvent. Putain en plus il fait référence au passé, mais je vais jamais m'en sortir vivante! Oui en fait c'est ça, j'ai envie de partir en courant. C'est tellement lâche putain que ça ne me ressemble pas. Qu'est ce que je fais alors, je me lève, je m'approche ? Je m'excuse pour ce que je fais ou je fais comme si de rien n'était ? Je .. Putain je sens mon coeur s'emballer, à force d'essayer de trouver une solution alors mon cerveau est parti en RTT.

« Alors comme, parait que les bons guitaristes, ça court pas les rues ? Ca doit être comme les producteurs qui disent pas de la merde juste pour que des bassistes trop crédules écartent leurs cuisses devant eux ? » Et bim. Fuck, j'ai envie de pleurer. Evidemment que je le ferais pas, je ne pleure jamais. Mais je vous jure que c'est pas l'envie qui me manque. Je percute enfin mais c'est une idée d'Eliot d'amener Clyde. Le pire c'est qu'il est même pas là. Non, le pire c'est qu'il m'a même pas prévenu, il l'a fait exprès ce con! C'est pour se venger c'est ça, même 8 ans après ? Je crois que le plus déstabilisant c'est qu'il ne m'a pratiquement pas regardé, alors que moi je ne fais que le fixer du regard. Je réussi enfin à me lever, bordel un peu de dignité quand même. Ah bah non, c'est raté pour la dignité, vu que je réussie à faire basculer le tabouret derrière moi en me levant. Toujours aussi adroite, Bonnie. « Clyde, je.. » Ah je, je .. je quoi ? Je sais pas quoi dire surtout et je passe pour la pire des connes. Putain mais qu'est ce qu'il fou là et comment ça se fait que personne ne m'ai prévenu, bordel ? Ça y est, je sens que je m'énerve intérieurement et ça ne sent pas bon. Comment lui il ose parler du passé, comme ça ? Rien ne va, et faut pas que je m'énerve sinon.. putain faut pas que je m'énerve. D'un coup, j'envoie valser la cymbale devant moi et mon ton monte « Putain de merde, qu'est ce que tu fous là ? C'est l'idée de qui ça encore, c'est ton con de meilleur pote c'est ça ? Il est où lui, bordel ? » Raté, je me suis énervée. La cymbale par terre sonne encore dans un bruit strident.  Raté, je me suis énervée. Je voudrais tellement qu'Eliot soit là, ou Lucius, quelqu'un, mais pas toute seule,
là je me sens terriblement seule face à celui à qui j'ai fais le plus de mal. Tout le passé remonte à la surface d'un coup, sans que je sois préparée et je vous jure que c'est dur. Si je me suis arrangée pendant des années avec Eliot pour ne pas le voir, c'est bien pour ça. Mais je m'attendais à quoi ? Il fallait bien que ça arrive un jour. « Ne parle pas du passé, Clyde je..  » Je marque une pause, le temps de souffler. Pour reprendre de plus belle. « Je l'ai pas baisé putain, si tu viens pour dire de la merde tu peux te casser.  »
©️ Gasmask



_________________

☆☆☆ ne soyez pas si pressés de croire tout ce que l'on vous raconte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 49
Points : 432
Date d'arrivée : 26/09/2017

MessageSujet: Re: what did you expect ? (bonnie & clyde)   Ven 29 Sep - 18:33


What did you expect ? (Bonnie & Clyde)
So what if I'm crazier than crazy? So what if I'm sicker than sick? So what if I'm out of control? Maybe that's what I like about it! You can say that I'm going insane. And I'm not quite right. And that I'm to blame. You can say that I'm sick on the inside. Bet you don't know I like it that way. You can say whatever you like! ► Three Days Grace - So what?

C’est étrange, de la revoir. J’ai tenté de me préparer au choc que je ressentirais, mais soit j’ai manqué de temps, soit rien ne pouvait me préparer à ça. Elle a toujours réussi à éveiller en moi, avec une aisance déconcertante, le petit con que je suis. Et là, c’est pire que tout. Pire car elle m’a blessée comme personne n’avait osé le faire, car elle m’obsède toujours en dépit des années, car je suis toujours dingue d’elle (même si je préfère être le jouet d’un psychopathe qui tue lentement ses victimes que de l’admettre !). J’ai pas besoin de la regarder des heures pour le savoir. Je l’ai senti, à peine entré dans ce local. Dans quoi je me suis fourré, hein ? Encore un plan foireux : ma spécialité ! Alors, pour éviter qu’elle ne voit l’emprise qu’elle peut encore avoir sur moi, qu’elle ne sache pas que mes sentiments sont toujours là (les cons !), je la dédaigne, et je lui parle comme une merde. Un gentleman dans toute sa splendeur ! Il n’y a bien que le tabouret sur lequel elle était assise tombe, que je tourne la tête dans sa direction, plus intrigué par le bruit que par la bassiste. [color:cb06=# ff9966]« Clyde, je… », commence-t-elle, sans parvenir à terminer sa phrase. Moqueur, je la fixe, mes sourcils arqués, indiquant que je me fous de sa gueule, même si je ferme la mienne. Pour en rajouter une couche, je croise mes bras sur mon torse. Et je ne les en déloge pas, pas même quand elle s’énerve sur une malheureuse cymbale. La tigresse sort ses griffes. Enfin je la retrouve. Un sourire en coin apparaît sur mon visage, tandis que je suis amusé de la scène que la diva va me réserver, tout comme je suis énervé de la voir aussi énervée. De quel droit est-elle dans un tel état ? De nous deux, c’est moi, qui devrait faire une telle scène colérique, pas elle. Sauf que si je devais laisser exploser ma colère, je ne me contenterais pas d’une cymbale. Il ne resterait plus grand-chose, dans ce local, capable d’être utile pour un groupe de musiciens. [color:cb06=# ff9966]« Putain de merde, qu'est ce que tu fous là ? C'est l'idée de qui ça encore, c'est ton con de meilleur pote c'est ça ? Il est où lui, bordel ?». Et voilà qu’elle jure. Merde, ça me manquait presque. C’est dire à quel point je suis un crétin fini ! Mais ouais, nos prises de bec m’ont manqué. Car le temps qu’on passait à se prendre la tête, j’étais le seul à occuper ses pensées. J’aimais aussi le fait d’être en mesure de la calmer, quand son trouble du comportement lui faisait péter un câble. Mais c’est de l’histoire ancienne, tout ça. Désormais ne restent que la colère, la déception, la haine et la rancœur, qui s’entassent sur le reste. « Ne parle pas du passé, Clyde je.. », expulse-t-elle, alors que la cymbale nous fait entendre son délicat tintement. « Je l'ai pas baisé putain, si tu viens pour dire de la merde tu peux te casser. », termine-t-elle, me faisant lever les yeux au ciel.

Je détourne enfin le regard d’elle, réalisant seulement maintenant que j’ai fait l’erreur de la regarder et que j’ai été incapable de poser mon regard ailleurs par la suite. « Eliot m’a dit que t’étais une véritable casse-couilles pour trouver un autre guitariste ! ». Tout en disant cela, je fais quelques pas, dans sa direction, mais je veille à la contourner, à rester même loin d’elle, comme si elle avait la peste. « Il arrivera je sais pas quand. Sans doute quand ta scène aura pris fin ! ». Je ne cesse de marcher, pour me rendre vers la batterie, et en attraper les baguettes. Tout ça juste pour pouvoir les faire tourner, entre mes doigts, et pour finir par me tourner de nouveau vers la brune. Avoir de quoi m’occuper l’esprit, partiellement, pour me raccrocher à la réalité de cette scène, pour ne pas claquer la porte et quitter le pays. Ce que j’aurais sans doute dû faire, il y a des années de cela… « C’est marrant : lui l’a fait, d’une certaine façon… ». Mon ton, contrairement à celui qu’elle a employé tout à l’heure, est mesuré. Ma colère est plus froide que la sienne, mais elle brûle tout autant. Je sais qu’il est inutile de parler du passé. Mais je n’ai pas pu le faire, à l’époque, ou du moins, pas comme je le voulais. J’étais trop abasourdi par ce qui se passait, pour dire quoi que ce soit, même si mon départ ne s’est pas fait dans le calme absolu, je vous le garanti ! Pour l’occasion, j’avais pulvérisé la batterie d’Eliot, avec la basse de Bonnie, avant d’envoyer la guitare de Lucius contre le mur. Une façon pour moi de leur laisser un souvenir ! Il n’est que trop tentant de souligner que le groupe n’a pas décollé, suite à mon départ, malgré ce qu’ils semblaient tous croire à l’époque. « Parlons du présent, non pas du passé…  ». Mon sourire n’est pas vraiment complice, ni chaleureux, loin s’en faut, c’est même tout l’inverse, et il indique clairement que la page n’est pas tournée pour moi. Qu’elle ne le sera jamais. Sauf quand je me déciderais à parler de son avortement, son autre coup de poignard dans le dos : là, elle pourra avoir une légère idée de mon ressentiment… « T’as raison, Ebony… ». Mon regard se fait plus colérique, tandis que j’utilise son prénom, aussi bien parce que je sais qu’elle n’aime pas son prénom, que juste pour lui faire prendre conscience du gouffre qui nous sépare à présent. Nous ne sommes plus des amis. Nous ne sommes plus rien l’un pour l’autre. Elle ne mérite certainement pas que je l’appelle par son surnom. Et, par-dessus tout, c’est pour mettre un terme à cette connerie de « Bonnie & Clyde », même si j’y ai cru, à l’époque. « Tu vas continuer à perdre ton temps longtemps, ou percuter que tu ne trouveras jamais meilleur guitariste que moi ? ». Je ne sais même pas pourquoi je tiens tant que ça à faire partie de ce groupe. Ca doit me manquer. Ils doivent me manquer. Elle doit me manquer.

J’arrête enfin de jouer avec les baguettes, pour les reposer à leur place, tandis que mon regard ne quitte pas Bonnie, rivé sur elle alors que je lui posais ma question finale.
copyright crackle bones

_________________
Love buzz
Would you believe me when I tell you you are the queen of my heart? Please don't deceive me when I hurt you. Just ain't the way it seems. Can you feel my love buzz?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 49
Points : 432
Date d'arrivée : 26/09/2017

MessageSujet: Re: what did you expect ? (bonnie & clyde)   Ven 10 Nov - 1:08

[Petit post ici juste pour espérer attirer ton attention, Bonnie, vu que tu n'as pas vu mes mp !]

_________________
Love buzz
Would you believe me when I tell you you are the queen of my heart? Please don't deceive me when I hurt you. Just ain't the way it seems. Can you feel my love buzz?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: what did you expect ? (bonnie & clyde)   

Revenir en haut Aller en bas
 
what did you expect ? (bonnie & clyde)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [RP/IG] Bonnie & Clyde
» (famille Whealer-Varnham) BONNIE AND ... CLYDE-GIRL
» Clyde Vanilla
» Clyde vanilla ou une nouvelle piste
» Clyde Vanilla... Le mysterieux Joseph

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
jungle of dreams :: 

04. ORO VALLEY MISS YOU.

 :: Madison hill
-
Sauter vers: