Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 I'm not sure of you (antonio)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité



MessageSujet: I'm not sure of you (antonio)   Jeu 28 Sep - 15:04

Antonio l'avait planté sur place la dernière fois et c'était comme s'il avait pris une claque par la figure. Par la suite, Olaf s'était retrouvé coincé dans une descente de police alors qu'il avait vendu de la drogue et maintenant, on le prenait pour une balance. La vie ne pouvait pas aller plus mal pour le jeune prince. Il avait même décidé de mettre ses études de côté parce qu'il avait autre chose à penser. Antonio. Maintenant, il était sûr de l'aimer, il était sûr de le vouloir à ses côtés, sans le rabaisser ou sans se sentir reconnaissant parce qu'il lui avait sauvé la vie. Non. Il était juste fou amoureux de lui. Mais il ne serait jamais avec Antonio, parce que celui-ci ne voulait plus le voir.

Alors Olaf traînait à son appartement qu'il partageait avec d'autres. Il traînait dans sa chambre et il enchainaît les doses. Une, deux, trois, quatre. Il avait l'impression d'adopter le même comportement qu'avec son frère Jonas. Il alluma sa chaine stereo à fond, peu importe la musique qu'il y passait. Il se sentait dans son monde. Et il était stone, peut être même au bord de l'overdose. Non, pas tout à fait. Mais une ou deux doses de plus et ça serait la fin pour lui. Mais il ne pensait pas à ça. Il pensait à Antonio. Il avait son numéro. Et il était prêt à tout pour le récupérer, même lui faire peur. Alors il prit son téléphone, comme il le pouvait. Il tapota sur le clavier sans être sûr de ses mots. Oh non, Olaf le prince si confiant n'était plus sûr de rien. Alors que sa chaîne passait un Adèle gueularde, Olaf gueula un "ta gueule" comme comme si elle était dans la même pièce que lui. Et il se mit à rire. Bah oui, c'était drôle cette histoire. Il envoya son message à Antonio. Pas brillant, voir désespéré et ridicule.

"Si tu viens pas, je me fous en l'air... "

Il était sûr qu'Antonio allait fuir maintenant. Et au lieu de pleurer, il se mit à rire de nouveau. Au moins, il aurait plus à s'en faire pour sa famille, vu qu'il n'aurait plus personne à présenter. Et alors que sa "ta gueule" n'avait pas suffit à faire taire la chanson. Il prit sa basket qu'il prenait pour sa télécommande et la balança contre la chaîne. La musique se tut. Au moins, il avait gagné le respect de sa chaîne hifi, à défaut de celle du garçon qu'il aimait.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 20
Points : 79
Date d'arrivée : 27/09/2017

MessageSujet: Re: I'm not sure of you (antonio)   Jeu 28 Sep - 22:58

I'm not sure of you.
Antonio & Olaf

L'air absent, Antonio mordilla son stylo, les yeux rivés sur le tableau blanc qu'il ne voyait pas vraiment. La voix stridente de son professeur le sortit de ses pensées et il soupira en griffonnant, de son écriture chaotique, quelques mots sur le bloc-notes posé devant lui. Il tourna la tête vers la place vide près de la fenêtre, celle du prince, de son prince. Cela devait faire une ou deux semaines qu'il avait laissé Olaf en plan dans la rue, après avoir entendu ces mots qui l'avaient effrayé plus que tout. Il ne savait pas, il avait perdu toute notion du temps. En tout cas, il n'avait plus eu de nouvelles du prince Lindberg, pas le moindre message, pas la moindre visite chez lui. Et il ne pouvait même pas lui en vouloir, parce que c'était lui qui avait merdé sur toute la ligne. Il s'était énervé contre Olaf alors que c'était lui le problème : il ne parvenait pas à faire face à ses sentiments, à se les avouer alors qu'il savait très bien qu'il aimait le prince plus que de raison. Tony s'en voulait terriblement, et il avait passé plusieurs nuits blanches à se tourner et se retourner dans son lit, les yeux rivés sur son téléphone qu'il ne regardait jamais en temps normal. Il mourait d'envie d'appeler son ami, mais il n'avait jamais trouvé le courage de le faire et il s'en mordait les doigts maintenant.

Un signal sonore annonça la fin de la journée de cours et Antonio se leva vivement, rassemblant ses affaires sans prendre soin de les ranger comme il fallait dans son sac à dos. Il se dépêcha de rejoindre le couloir et son odeur bien particulière - un mélange de moisi et de bois, déposa ses livres dans son casier et sortit du bâtiment en vitesse. Il ne savait pas pourquoi il se dépêchait, après tout personne ne l'attendait chez lui. Mais il était comme ça, Antonio. Il ne traînait pas. Une fois dans la rue, il se décida à sortir son téléphone de sa poche pour la première fois depuis des heures, et son coeur manqua un battement en voyant le prénom d'Olaf s'afficher. Les mains moites, il ouvrit le message et porta sa main à sa bouche, choqué. Un coup d'oeil à l'heure à laquelle le message lui était parvenu le rendit nerveux. C'était il y a trois heures. Si tu viens pas, je me fous en l'air... Dans quel sens ? Les mots d'Olaf lui firent froid dans le dos et sans réfléchir, il se mit à courir, sans s'arrêter, en direction de l'appartement de son ami. Il n'avait pas l'argent pour se payer un ticket de bus, on lui avait volé son vélo, alors c'était la seule solution. Il devait retrouver Olaf au plus vite.

Hors d'haleine et en sueur, Antonio atteignit le bâtiment où vivait son ami, et il ne put s'empêcher de  s'arrêter un instant devant cette bâtisse cent fois plus jolie que la sienne. Tout en reprenant son souffle, il rejoignit la porte d'entrée du bâtiment et chercha du regard l'étage et le numéro d'appartement du prince, complètement perdu parce qu'il n'avait jamais mis les pieds dans cet endroit. Son adresse, il la connaissait sur le bout des doigts, mais il n'avait jamais eu l'occasion de s'y rendre. D'un pas hésitant, il rejoignit l'ascenseur qui devait faire la taille de son appartement et poussa sur trois boutons différents avant de trouver le bon. Son coeur cognait à tout rompre dans sa poitrine, l'état dans lequel il retrouverait peut-être Olaf le terrifiait. Il serait peut-être inconscient, ou pire... Il secoua la tête, furieusement, comme pour balayer cette idée de son esprit. Une fois arrivé au bon étage, il resta collé contre le fond de l'ascenseur un instant, incapable de bouger, ses mains crispées appuyées contre le miroir qui lui donnait un air malade. Il voulait revenir en arrière. Ne pas y aller. S'enfuir pour ne plus revenir. Et pourtant, un pas après l'autre, il sortit de l'ascenseur et se dirigea vers la bonne porte, tremblant de nervosité. Il remarqua ses doigts blanchis par la peur lorsqu'il les dirigea vers la sonnette pour avertir les habitants de l'appartement de sa présence, et se décomposa en réalisant que plusieurs minutes passèrent avant qu'on vienne lui ouvrir. Qu'avait-il fait ? Pourquoi avait-il abandonné Olaf pour des raisons aussi stupides ?

Lorsque la porte s'ouvrit enfin, Antonio leva les yeux et les posa sur le visage ravagé de son ami, ce qui lui arracha un long soupir de soulagement. Pendant un instant, il ne sut pas quoi faire et dévisagea Olaf comme s'il le voyait pour la première fois, puis il s'élança vers lui et le serra dans ses bras de toutes ses forces, retenant non sans peine les larmes qui lui montaient aux yeux. "Putain Olaf... J'croyais que t'étais mort..." La respiration saccadée, il serra le T-shirt de son ami entre ses doigts et ferma les yeux, posant sa joue dans le creux du cou du prince. "Ne me refais plus jamais ça, t'entends ?" ajouta-t-il alors que sa voix se brisa au milieu de sa phrase et il resserra son étreinte sur Olaf, de peur qu'il lui échappe à nouveau.
Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité



MessageSujet: Re: I'm not sure of you (antonio)   Sam 30 Sep - 1:27


Alors qu'il semblait qu'il allait mourir sur son lit. En fait, il oubliait sa famille, ses frères, sa soeur, ses parents. Il avait perdu Antonio et c'était horrible. Pour la première fois, le prince si confiant se sentait seul au monde. Retour dans le passé quand personne ne lui adressait un regard et se moquait de lui. Il fixa le plafond et eut un mauvais trip. La pièce tournait, toute seule, les objets volaient de partout. Et il était seul. Personne n'était là. Soudain au loin, il entendit la sonnette. Qui pouvait bien être là? Il tenta de se lever, non sans mal. La pièce tournait tellement qu'il rasait les murs. Il atteignit péniblement la porte et il l'ouvrit, en mettant 5 min à chercher la poignée. Lorsqu'il leva son regard, il vit Antonio. Antonio avec deux têtes, des cornes de diable et il semblait qu'il criait.

"Tu fous quoi ici, toi?" grogna le prince avec un regard plein de rage. " Juste parce que j'ai écrit que j'allais me foutre en l'air, tu rappliques? Mais t'es vraiment qu'un pauvre naze..."

Alors qu'Antonio s'était réfugié contre lui, Olaf tenta de rester debout alors que ses jambes menaçaient de fléchir. Il allait sombrer, Olaf. Dans un grand trou béant qu'il l'emporterait. Et cette perspective le fit rire. Il lui voulait quoi, le pauvre? Du fric? Et alors qu'il tenta de pousser Antonio loin de lui, le prince tomba par terre, comme un vulgaire gars du peuple. Et il se maudissait. Il se détestait. D'être tombé bien bas à cause d'un type.

" Regarde moi! Je suis tombé aussi bas que toi.... " hurla-t-il. Bon d'accord, il était au sol et il était sous sa drogue la plus forte avec trois fois la dose initiale. Il ne pouvait pas être joyeux et courir partout. Il rampa jusqu'au mur et il lança:

"Mais vas-y retourne dans ta misère et oublie moi... j'ai pas besoin de toi! Tu me ferais perdre toute crédibilité.... t'es qu'un pauvre... tu vis pas dans mon monde, tu pourrais même pas te payer la moitié de ce que j'ai... alors retourne dans la rue, fais ce que tu veux, mais oublie moi... "
Revenir en haut Aller en bas
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 20
Points : 79
Date d'arrivée : 27/09/2017

MessageSujet: Re: I'm not sure of you (antonio)   Dim 1 Oct - 22:12

I'm not sure of you.
Antonio & Olaf

Le coeur d’Antonio se déchira un peu lorsqu’Olaf ne lui rendit pas son étreinte, alors qu'il avait tant espéré qu'il le fasse. Il lui en voulait terriblement, ça se voyait comme le nez au milieu de la figure, et il avait bien raison. Tony avait fait une énorme connerie et il en payerait les conséquences maintenant, c'était son tour d'être déçu. Plus encore que ses gestes, ce furent les paroles du prince qui blessèrent le plus l’Italien. Et là encore, il avait raison. Il lui avait fallu une menace par message pour rappliquer, alors qu'il aurait pu retrouver Olaf bien plus tôt et lui dire à quel point il était désolé. Mais il n'avait pas osé, et il devait assumer sa lâcheté maintenant. Tony déglutit et ne répondit rien, parce qu'il n'avait aucune excuse, rien qui pouvait justifier son comportement et il avait terriblement peur d'énerver Olaf encore plus qu'il ne l'était déjà.

Lorsque son ami tenta de se dégager de ses bras, l'étudiant relâcha son étreinte pour lui faciliter la tâche, même s'il aurait aimé ne plus jamais le lâcher. Olaf ne voulait plus de lui, c'était évident. Il avait dépassé une limite à ne pas dépasser et il n'avait qu'à assumer. Lorsque l’Islandais tomba au sol, Antonio eut le réflexe de le rattraper, en vain. Il détestait voir Olaf dans cet état, déjà parce que lui était radicalement contre la drogue, mais aussi et surtout parce qu'il refusait de voir son ami se bousiller la santé pour une connerie que Tony avait faite. Il avait envie de lui gueuler de se reprendre, d'arrêter ses conneries et de lui montrer qu'il était plus fort que tout ça. Mais d'autres paroles fusèrent, qui lui firent un mal de chien.

Là, t’es même tombé encore plus bas que moi… je savais pas que c'était possible”, lui répondit-il doucement, priant pour que l’autodérision apaise un peu les tensions, même s'il avait peu d'espoir. Olaf rampa vers le mur et s'y adossa, sous le regard inquiet et coupable d’Antonio, qui ne savait pas où se mettre. Lorsque l’Islandais reprit la parole, Tony se construisit une carapace en quelques fractions de secondes pour éviter que la dureté de ces mots ne l'atteigne, et il soupira en fourrant ses mains dans ses poches. Il le savait très bien qu'ils n'étaient pas du même monde et qu'une éventuelle relation entre eux serait tout à fait improbable. Il savait aussi qu'il ne pourrait pas lui offrir le moindre cadeau, parce qu'il avait déjà du mal à s'acheter à manger. Et pourtant, il avait envie d'essayer, de tout donner pour que ça marche. Parce qu'il n'y avait qu’Olaf dans son coeur, et il ne se voyait aimer personne d'autre à ce point-là. Lentement, il s'approcha du prince et s'accroupit près de celui-ci, avant de poser sa main sur sa joue, tendrement.

Je vis peut-être dans la misère, oui. J'ai été sans-abri pendant un long moment et ma situation actuelle n'est pas forcément plus agréable. J'ai pas d'argent, je risque même de me faire expulser à la fin du mois. Mais heureusement, il n'y a qu'une chose dont j'ai vraiment besoin dans ma vie.” Ses yeux bleus rivés sur le visage du prince, il posa ses mains sur ses épaules et les serra pour appuyer ses paroles. “J'ai juste besoin de toi. Tu comprends ? Je m'en fous de tout le reste. Y'a que toi qui compte.

Tony n'était pas doué avec les sentiments, ni même avec les paroles. Les beaux discours c'était pas son truc, mais il faisait un effort, juste pour lui. Il se laissa tomber à côté d’Olaf, sans pour autant le quitter du regard, avant de passer son bras autour de ses épaules, protecteur. “Mais j'ai besoin d'un prince clean, un prince qui ne se réfugie pas dans la drogue, et je vais t'aider. On va traverser tout ça à deux, d'accord?” Il se tut un instant, baissa le regard, gêné. Il s'en voulait encore terriblement, mais il ne savait pas comment le faire comprendre au prince. “Je… je suis désolé, Olaf. Tes mots m'ont déstabilisé, j'ai pas su quoi faire sur le moment. Plusieurs fois j'ai pris mon téléphone pour t'appeler, mais j'ai pas eu le courage…” Il soupira et secoua la tête. “J'ai merdé. Et j’espère vraiment que tu pourras me pardonner, parce que tu comptes énormément pour moi.

Made by Neon Demon
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: I'm not sure of you (antonio)   

Revenir en haut Aller en bas
 
I'm not sure of you (antonio)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Antonio Catanzaro
» Antonio Brachetti
» Parker ne critiquera plus la Californie
» (Champagne) Archives de presse AAP
» Premiers résultats du sprint Troyes et impressions course.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
jungle of dreams :: 

04. ORO VALLEY MISS YOU.

 :: Weaver valley :: Appartements
-
Sauter vers: