Accueil  Calendrier  FAQ  Rechercher  Membres  Groupes  S'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 not a good night

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 61
Points : 251
Date d'arrivée : 25/09/2017

MessageSujet: not a good night   Dim 1 Oct - 14:43

Du bonheur à l’état pur, brut, natif, volcanique, quel pied ! C’était mieux que tout, mieux que la drogue, mieux que l’héro, mieux que la dope, coke, crack, fitj, joint, shit, shoot, snif, pét’, ganja, marie-jeanne, cannabis, beuh, péyotl, buvard, acide, LSD, extasy. Mieux que le sexe, mieux que la fellation, soixante-neuf, partouze, masturbation, tantrisme, kama-sutra, brouette thaïlandaise. Mieux que le Nutella au beurre de cacahuète et le milk-shake banane. Mieux que toutes les trilogies de George Lucas, l’intégrale des muppets-show, la fin de 2001 [...] Mieux que la liberté. Mieux que la vie. (@jeux d'enfants // beerus)
polka dots
☆ cash & dréa ☆

Son regard reste figé droit devant elle. Plus rien n'atteint son esprit, trop embrouillé par les divers alcools ingurgités au cours de la soirée et les nombreux joints partis en fumé. Ouais, comme dirait l'autre, ce fut une soirée bien arrosée. Peut être un peu trop, même. Elle ne se souvient quasiment de rien, là. Complètement paumé, la gamine. Barge et paumé. Combo parfait. Ses talons hauts claquent contre le sol, seul bruit cassant le silence de la nuit. Elle ne sait pas vraiment où elle va, mais elle est déterminé, en tout cas. Déterminé à partir loin de cette petite pétasse, loin de ces petits cons se prenant pour des petites stars. Mais que dalle. Que des petites pédales. Elle, au moins, elle sait ce qu'elle vaut. Loin d'être parfaite, loin d'être un modèle. Ça, c'est sûr. Mais au moins, elle ne se cache pas derrière une fausse image. Bande de minables. Elle est remonté, la gosse. Ses phalanges sont rougies, et du sang séché montre que les choses sont partis en vrille ce soir. Ouais, on la cherche, on la trouve. Et plutôt deux fois qu'une. On les avait pourtant prévenus, mais ils n'ont pas pris en compte les avertissements. Tant pis pour eux, hein.  Ses pas accélèrent machinalement, au même rythme que sa clope qui se consume entre ses doigts. Ses lèvres gercées se plissent, entourant son tue-poumons. Puis rapidement, elle reconnaît le quartier où elle arrive. Celui de la coloc. Celui de Gio, de Niamh... de Cash. Comme d'habitude, ses pensées dérivantes ont finies par l'emmener ici. Comme si c'était machinal. Et inconscient. Mais maintenant qu'elle est là, autant aller jusqu'au bout. Jusqu'à cette foutue porte. Alors elle y va. Elle jette sa clope, puis entre finalement dans l'immeuble. En quelques minutes, elle y est. Et elle reste devant la porte quelques minutes, réfléchissant. Est-ce vraiment une bonne idée de débarquer dans cet état à cette heure?Pour sûr, Gio va littéralement péter un câble. Puis peut-être Cash aussi, d'ailleurs. Niamh, elle, elle prendra la brune à part, afin de l'éloigner de ces animaux. Pour qu'elle puisse parler correctement. Et les autres, eux, ils vont souffler. D'exaspération. Toujours la même qui débarque, toujours la même qui fout sa merde, toujours la même qui s'accapare les deux inséparables. Ces jaloux. Limite, elle devrait faire partie de cette coloc, tellement elle squatte cet appartement. Mais non. Impossible. Ne-ver. Après un long moment à avoir cogité, elle se décide finalement, puis entre sans même frapper. Puis, le choc. Personne à l'horizon. Elle fronce les sourcils, allume la lumière et constate que non, il n'y a vraiment personne. C'est quoi, ce bordel? Et puis, comment se fait-il qu'ils soient tous partis alors que la porte n'est même pas fermé à clefs? Les abrutis. Elle souffle longuement, puis essaie quand même un appel. "Y'a vraiment personne, ici?" Elle gueule. Un peu fort. Mais elle s'en fiche. C'est trop bizarre. D'habitude, ils sont tous dans le salon, en train de boire. Ou de fumer. Ou autre. En attendant une réponse, elle se dirige vers l'une des salles de bain, afin de se nettoyer le visage. Faut qu'elle se réveille un bon coup, là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 27
Points : 66
Date d'arrivée : 30/09/2017

MessageSujet: Re: not a good night   Dim 1 Oct - 15:30


not a good night.









le ciel s'assombrit. le soleil décline pour laisser place à la lune. passage du jour à la nuit. cash, il est seul à l'appartement depuis un bon moment maintenant. les autres ont désertés ces quelques mètres carrés. une soirée d'après ce qu'il a comprit. il aurait pu y aller. mais il n'en avait pas l'envie. pas ce soir. il voulait rester là un peu. reprendre ses esprits depuis la veille. se remettre de sa cuite monumentale. affalé sur le canapé, un joint entre les lèvres, il observe sans grand intérêt le film qui passe sur l'écran de la télévision. la fumée qui prend place dans la pièce ne l'aidant pas vraiment là-dedans non plus. il a trop fumé dans la journée. et pas assez aéré. ça pue. l'air est lourd. il souffle. parce qu'il sait qu'il va se faire engueuler si il n'ouvre pas la porte fenêtre. alors il se lève. comme si c'était la chose la plus difficile à faire. le corps lourd. les pieds lourds. il traîne. mais finit par ouvrir la porte. et instantanément, l'air frais entre dans l'appartement. une grosse bouffée d'air frais vient se mêler à la fumée dans ses poumons. donnant la vague illusion d'aller mieux. de moins étouffer. de moins encrasser ses poumons.
le jeune homme, il reste un long moment sur le canapé. sans bouger. avant de simplement décaler pour aller dans sa chambre. éteignant tout derrière lui. il pousse la porte de sa chambre et s'installe sur son lit. juste le temps de fumer une clope. une dernière clope. avant de s'endormir. ou d'essayer de le faire. chose qu'il finit par faire. s'allonger sur son lit. confortablement. les mains croisées derrière sa tête. le regard détaillant son plafond. même s'il n'y voit quasiment rien. puisque la seule lumière qui parvient à sa chambre provient des lampadaires dehors. les yeux encore bel et bien ouverts, il entend la porte de l'appartement s'ouvrir puis se refermer. et ses sourcils se froncent. pas parce qu'il n'a pas entendu de clé dans la serrure. oh ça non, il sait que c'était ouvert. mais simplement parce qu'il semble être bien trop tôt pour que gio, ou niamh ne rentre. et un coup d'oeil vers son téléphone le lui confirme. sauf qu'il finit bien vite par avoir une réponse quant à l'identité de l'intrus. andréa. gamine qui s'étonne qu'il n'y a personne. gamine qui braille ces quelques mots. alors il souffle cash. et se résigne à sortir de son lit. enfilant simplement un jogging et le premier tee-shirt qui traînait là. histoire de ne pas se balader en boxer devant elle. ça ne le dérangerait pas. et il sait que ça ne la dérangerait pas. mais si gio arrivait, il devrait trouver une sacrée bonne explication. cash, il ouvre la porte de sa chambre d'un coup et ne tarde pas à repérer la jeune femme qui voulait entrer dans l'une des salles de bains. fais comme chez toi hein. c'est même pas spécialement un reproche. parce qu'il sait qu'elle passe quasiment autant de temps ici que lui. qu'elle a sûrement autant sa place dans cet appartement que lui. et sa présence ne le dérange même pas au final. alors il la détaille. comme à son habitude en s'approchant d'elle. mais ses sourcils se froncent en voyant très clairement l'état d'alcoolémie dans lequel elle se trouve. et à en juger par l'odeur qu'elle traîne, elle n'a pas fais que boire. c'est même une certitude. mais il ne dit rien là-dessus. mal placé pour parler. sauf qu'il trouve quelque chose à redire quand ses yeux tombent sur ses mains qui se trouvaient déjà sur la poignée de la porte. qu'est-ce que t'as foutu ? la voix qui s'élève un peu trop. l'inquiétude. la colère. on sait pas trop. on sait jamais vraiment avec lui. parce qu'il s'arrange toujours pour cacher un minimum ses ressentis. les yeux dans les yeux, il se perd comme bien trop souvent dans son regard. et il déteste ça lui. se sentir faible face à elle. comme un animal sans défense qui se jette entre les griffes de son prédateur.



_________________
pour séduire les filles, tout peut marcher sauf être un garçon bien.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 61
Points : 251
Date d'arrivée : 25/09/2017

MessageSujet: Re: not a good night   Dim 1 Oct - 23:51

Du bonheur à l’état pur, brut, natif, volcanique, quel pied ! C’était mieux que tout, mieux que la drogue, mieux que l’héro, mieux que la dope, coke, crack, fitj, joint, shit, shoot, snif, pét’, ganja, marie-jeanne, cannabis, beuh, péyotl, buvard, acide, LSD, extasy. Mieux que le sexe, mieux que la fellation, soixante-neuf, partouze, masturbation, tantrisme, kama-sutra, brouette thaïlandaise. Mieux que le Nutella au beurre de cacahuète et le milk-shake banane. Mieux que toutes les trilogies de George Lucas, l’intégrale des muppets-show, la fin de 2001 [...] Mieux que la liberté. Mieux que la vie. (@jeux d'enfants // beerus)
polka dots
☆ cash & dréa ☆
Elle est là, toute seule, comme si elle était dans son propre appartement, menant sa petite vie. Alors qu'elle ne l'est pas, non. Pourtant, ça pourrait être le cas. Son frère vit ici, sa meilleure pote vit ici, et même le mec avec qui elle couche vit ici. Puis surtout, elle est tout le temps ici. Ou presque. C'est ça, le pire. On lui avait d'ailleurs proposé, mais refus catégorique de sa part. Non. Les choses sont déjà assez compliqués comme ça, n'allons pas en rajouter une couche. Mais pour autant, elle agit comme si elle se trouvait chez elle. Alors que là, elle devrait plutôt repartir chez elle. Logique. Mais non. Puis, sa main à peine posé sur la poignet de la porte, elle sursaute en entendant cette voix si caractéristique. Oh, putain. Bien sûr. Il fallait que la seule personne présente, ce soit lui. Cash, ce petit con. Des frissons parcourent son épiderme rien qu'à sa phrase, à sa voix. Elle ne le voit pas, pas encore. Mais pour autant, c'est tout comme. Tellement elle le redessine toute seule, tellement elle l'a observé. Encore, et encore. L'un de ses passes temps favoris. L'observer. L'étudier. Et lorsque son regard tombe sur lui, elle souffle longuement. "Merci, mais pas besoin de le dire." Petit sourire en coin, sarcastique. De toute façon, il est plus qu'habitué à la voir ici, faire comme si c'était chez elle aussi. Après tout, c'est une coloc, dans laquelle son propre frère vit. Alors bon, c'est un peu le cas. Vraiment, un peu. Son esprit restant bloqué sur sa présence, elle s'efforce de faire comme si tout était normal. Alors que c'est tout le contraire. Elle se décide finalement à ouvrir cette foutue porte, mais elle s'arrête net lorsque sa voix remplit de nouveau l'appartement. Changement de ton. Merde. Rapidement, elle ouvre la porte et s'empresse de cacher sa main, telle une enfant prise en flagrant délit. Puis elle le regarde, une espèce de moue collé au visage. Leurs regards se croisent, et elle oublie un instant ce qu'elle veut dire. Perdue dans le sien, complètement à sa merci. Elle secoue la tête, finalement, puis hausse les épaules. "Rien. J'ai réglé mes comptes." Pas plus, pas moins. Elle n'en dit pas trop, car elle sait pertinemment que Gio sera au courant dans les plus brefs délais. Pas trop son but, en soit. Même si elle était venue ici pour une raison. Mais pas celle-là. Laquelle, d'ailleurs? Elle n'en sait rien, en faite. La conne. Juste, oublier. Être entouré, puis peut-être continuer la nuit en faisant la fête. Bien que là, c'est mal barré. Et puis, elle est déjà bien assez remplie comme ça, la gamine. N'attendant pas plus longtemps, elle entre et allume l'eau froide du lavabo, se la passant sur le visage. Ah, que ça fait du bien. Ça ne change pas grand chose quant à son état, mais ça lui fait du bien. Cette impression de se sentir plus fraîche. Elle retourne vers le fruit de l'interdit, qui la regarde sans ciller. Ne faisant comme si de rien était, elle reprend la parole. "En faite, comment ça se fait qu'il n'y a personne, à part toi?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 27
Points : 66
Date d'arrivée : 30/09/2017

MessageSujet: Re: not a good night   Lun 2 Oct - 17:47


not a good night.

 








la volonté d'être seul. au calme surtout. s'éloigner de tout. de tout le monde. se remettre des abus de la veille. il a salement déconné hier soir cash. trop bu. trop fumé. trop merdé. l'estomac en vrac. les poumons encrassés. le corps douloureux. il sait pas ce qu'il a fait. il n'a pas cherché à savoir. il n'a demandé à personne surtout. pas spécialement la tête à se dire qu'un abruti avait mérité les coups qu'il a du distribuer. et que cet abruti a réussi à lui en donner. c'est ça le pire. le rend malade. le jeune homme, il décline la proposition de sortir ce soir. et ne fait rien de la soirée hormis enfumer l'appartement pendant des heures. et des heures. rien de plus. rien de moins. sacré programme, il faut le reconnaître. mais même en étant sortit, il n'aurait pas fais grand chose de plus. boire sûrement. foutre la merde. la chercher. la trouver. se faire virer du bar en question, entraînant avec lui chacun de ses potes. don de tout gâcher. en permanence. dans n'importe quel situation. avec n'importe quelle personne aussi. gâcher la meilleure des soirée en balançant la parole de trop. tout gâcher avec n'importe quelle fille en la dégageant dès le lendemain au réveil sans la moindre délicatesse. gamins ans filtre. qui réfléchit après avoir parlé. ou qui ne réfléchit pas d'ailleurs. son plus gros tort clairement. cash qui prend le risque de tout foutre en l'air avec son meilleur ami aussi. tout ça pour une fille. tout ça pour andréa. cette foutue attirance à laquelle ils ne peuvent résister. autant l'un que l'autre. cette putain d'attirance qu'il a pourtant essayé de nier, encore et encore. et même quand il veut se tenir à l'écart de tout, elle débarque la gamine. fait comme chez elle. rentre sans sonner. sans même signaler son entrée. elle pourrait déranger andréa. surprendre quelqu'un dans une position délicate, mais elle semble bien se foutre de tout ça. c'est comme chez elle ici. elle agit comme si du moins. et personne ne lui dit rien. son frère vit ici. sa meilleure amie vit ici. elle a clairement de quoi s'incruster. jour comme nuit. la gamine, elle semble ne pas apprécier qu'il n'y ai personne dans l'appartement ce soir. cash, il fait un effort. il donne signe de vie. parce qu'il aurait pu simplement rester dans son lit. faire comme s'il n'y avait personne. la laisser dans son coin. bref. il se fait la remarque à andréa. qu'elle fait comme chez elle. oh non, j'sais bien que t'as totalement compris que c'était un peu comme chez toi ici. c'est un putain d'euphémisme de dire que cet appartement est un peu comme chez elle. si cash retrouvait des affaires de la gamine dans le coin, ça ne l'étonnerait même pas. ça ne choquerait personne en fait.
la gamine, elle se prépare à rentrer dans la salle de bain. la main sur la poignée. et cash, il remarque les marques qui sont bien visibles sur celles-ci. ces mains que cash n'imagine aucunement frapper quoi que ce soit. des mains qu'il n'imagine que caresser sa peau. rien d'autre. la douceur dont une femme devrait faire preuve. aucune trace de violence ne devrait s'y retrouver. mais andréa, elle n'en fais qu'à sa tête. et semblait décidée à mettre certaines choses au clair ce soir. le yeux dans les yeux, il attend sa réponse. sans bouger. andréa qui balance simplement qu'elle devait régler des comptes. rien de plus. elle ne rentre pas dans les détails. clairement pas. t'as rien trouvé de mieux que les frapper pour régler tes comptes ? mal placé pour parler. adepte de la conversation par les poings. mais c'est pas pareil. c'est jamais pareil de toute manière. gamine qui entre dans la salle de bain. l'eau qui s'allume. et elle se rafraîchit andréa. il la laisse faire. il peut rien dire de toute manière. il attend simplement qu'elle termine. qu'elle reprenne parole. parce qu'il sait qu'elle le fera. une question qui se trouve sur le bout de sa langue depuis qu'elle a constaté qu'il était la seule personne encore présente dans l'appartement. les autres sont sortis. moi, j'avais pas envie, c'est tout. les épaules qui se haussent. comme si c'était la chose la plus censée au monde. pourtant, en le connaissant, c'est loin d'être évident. vraiment pas. et toi, où est-ce que t'as eu la bonne idée d'boire et fumer à ce point ? gamin qui vient croiser ses bras contre son torse. un sourire venant étirer le coin de ses lèvres.


   

_________________
pour séduire les filles, tout peut marcher sauf être un garçon bien.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 61
Points : 251
Date d'arrivée : 25/09/2017

MessageSujet: Re: not a good night   Lun 2 Oct - 18:52

Du bonheur à l’état pur, brut, natif, volcanique, quel pied ! C’était mieux que tout, mieux que la drogue, mieux que l’héro, mieux que la dope, coke, crack, fitj, joint, shit, shoot, snif, pét’, ganja, marie-jeanne, cannabis, beuh, péyotl, buvard, acide, LSD, extasy. Mieux que le sexe, mieux que la fellation, soixante-neuf, partouze, masturbation, tantrisme, kama-sutra, brouette thaïlandaise. Mieux que le Nutella au beurre de cacahuète et le milk-shake banane. Mieux que toutes les trilogies de George Lucas, l’intégrale des muppets-show, la fin de 2001 [...] Mieux que la liberté. Mieux que la vie. (@jeux d'enfants // beerus)
polka dots
☆ cash & dréa ☆
Elle se rafraîchit le visage, se sent un peu mieux, même si son état ne change pas vraiment. Puis, il faut se le dire, le fait que seul Cash soit présent dans l'appart, ça n'arrange pas non plus son état d'esprit. Elle la sent, cette boule au creux de son ventre. Cette envie obscène de lui sauter dessus. Mais elle se retient violemment. D'ailleurs, elle ne sait pas vraiment comment elle fait pour se retenir. Sûrement pas encore assez défoncé. Et puis, en plus, il ne l'aide pas. Vraiment pas. Il est là, lui pose des questions. Pour savoir, pour comprendre. Ça lui donne l'impression de compter, qu'il s'en fait un minimum pour elle. Mais juste, l'impression. Puis, par automatisme, elle lui répond sarcastiquement, un sourire en coin, limite aguicheur. "Quoi, t'aurais préféré que je les règle sur un oreiller, peut-être?" Regard provocateur. C'est ça, qui fait Andréa. La provocation. Vieux mécanisme de défense. Ou peut-être pas, d'ailleurs. Elle veut la voir, sa réaction. Elle veut le provoquer. Elle l'a toujours fait, dans le fond. Et bien des fois, elle s'est faite avoir à son propre jeu. Mais elle continue, encore et encore. Un perpétuel recommencement. C'est fou. Et là, ce soir, c'est pire. Personne n'est là. Gio n'est pas là. Cette fameuse barrière. Elle prend appuie contre le mur derrière elle, ne lâchant plus le brun du regard. Ses pensées repartent dans tous les sens, constatant ses yeux rouges. Ça ne l'étonne même pas. Tous des fumeurs, ici, de toute façon. C'est bien connu. Et bien triste. Pauvre génération. Mais pourtant belle. Andréa, elle reste persuadé qu'ils referont le monde, à leur manière. Son propre monde. Doux rêve. Elle se perd dans les méandres de son imagination, puis revient à la réalité. Tous partis en soirée, sauf lui. Elle arque un sourcil, penche la tête sur le côté, l'observe longuement, le visage certainement marqué par l'étonnement. "Toi? Resté ici? Tout seul? Pas faire la fête? Eh bien! Faut faire une croix quelque part, là!" Une espèce de moue marque son faciès, mais ses yeux ne le quittent toujours pas. Trop hypnotisés. Trop attirés. Puis, nouvelle question. Elle souffle, roule des yeux. Mais réponds quand même. "Bonezzi, j'me défonce toujours le crâne. Ce soir, j'avais juste envie de faire un petit mélange, histoire d'être bien." Haussement d'épaules, déviation du regard. Ouais, elle voulait être bien. Elle voulait se perdre elle-même, ne plus penser à rien. S'évader. Mais pourtant. Elle est là. Pile . Putain, quelle évasion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 27
Points : 66
Date d'arrivée : 30/09/2017

MessageSujet: Re: not a good night   Lun 2 Oct - 20:29


not a good night.

 








la gamine, elle s'insère dans la salle de bain. se mouille le visage. elle prend son temps. et quand elle relève sa tête, il la détaille cash. et il peut pas s'empêcher de se dire qu'elle est belle andréa. même défoncée. les yeux rougis. même ivre à souhait. le maquillage qui a coulé sous ses yeux, les cheveux dans tous les sens. même le visage mouillé. même au réveil, quand elle n'est pas d'humeur. les yeux encore clos. les marques de l'oreiller sur son visage. c'est ça le pire. c'est que peu importe la situation, elle reste belle andréa. peu importe le moment, les yeux de cash ne peuvent s'empêcher de se poser sur elle. même quand gio est là. même quand il n'a aucune raison de le faire. le jeune homme, il ne lâche pas la gamine des yeux. pas même quand elle lui fait face en venant s'appuyer contre le mur derrière elle. et il s'imagine s'approcher. appuyer son corps contre le sien. ses mains se posant sur ses hanches. comme à son habitude. comme à chaque fois en fait. à chaque fois qu'un rapprochement débute. il roule des yeux sous sa réponse. avant de simplement sourire en coin. fier de sa réponse. des quelques mots qui vont enfin franchir ses lèvres. j'pensais que c'était un traitement qui m'étais réservé ça. ça l'amuse de balancer ça. il profite de l'absence de ses deux colocataires surtout. quand le chat n'est pas là, les souris dansent. et c'est exactement ce qu'il se passe quand gio n'est pas là et que andréa et cash se retrouvent seuls. cash, il sait ce qu'elle cherche en balançant ce genre de phrases. en rentrant dans la provocation. elle cherche une réaction. un truc spécial. ce truc qui n'est pas sortit de ces lèvres. une pointe de jalousie. un brin de colère. rien. l'amusement. s'amuse d'elle. s'amuse de la situation. s'amuse à cacher ce qu'il peut bien ressentir. mais au fond, entre eux, c'est qu'une attirance. non ? y'a rien de plus. une simple question de physique. d'alchimie quelconque. ce genre de ressentis qui courent les rues. et pourtant, cash, il ressent ça pour personne d'autre. aucune attirance comparable. comme si l'interdit rendait la chose plus intéressante.
une distance reste entre eux. c'est sûrement mieux ainsi. histoire de ne pas fauter de suite. de ne pas céder aussi facilement à la tentation qui se trouve là. juste sous son nez. le sujet dévie. encore et encore. gamine qui est surprise. qui se fout clairement de lui surtout. eh, ça arrive de temps en temps. il ne la lâche pas du regard. jamais. il reste bien droit. bras croisés. venant s'appuyer contre l'encadrement de la porte de la salle de bain. réduisant très légèrement l'espace qui les séparait. gamine qui finit par lui répondre. lui dire qu'elle se défonce toujours. et il peut pas nier cash. parce qu'ils le font tous. elle. lui. gio. quasiment toutes les personnes de leur génération se sont déjà défoncé. certains plus que d'autre. certains essaient de se remettre sur le droit chemin. d'autres s'enfoncent encore. andréa. cash. les deux gosses qui creusent encore. gamine qui assume avoir eu l'idée de mélanger. alcool. drogue. et t'es bien alors ? non parce qu'au final, c'est ce qu'il compte. il laisse ses yeux détailler les traits du visage de la gamine. ses yeux un peu trop rougis. ses pommettes légèrement teintées à cause de la récente application d'eau sur sa peau. ses lèvres qui semblent bien plus attirantes que d'habitude. il sait pas pourquoi. il cherche pas à savoir. à comprendre. il se contente de cette information qui tourne en boucle dans sa tête. il s'attarde. sûrement un peu trop. trop longtemps pour qu'elle ne le remarque pas. mais il ramène son regard dans celui d'andréa. le jeune homme qui sourit légèrement. en coin.


   

_________________
pour séduire les filles, tout peut marcher sauf être un garçon bien.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 61
Points : 251
Date d'arrivée : 25/09/2017

MessageSujet: Re: not a good night   Lun 2 Oct - 21:42

Du bonheur à l’état pur, brut, natif, volcanique, quel pied ! C’était mieux que tout, mieux que la drogue, mieux que l’héro, mieux que la dope, coke, crack, fitj, joint, shit, shoot, snif, pét’, ganja, marie-jeanne, cannabis, beuh, péyotl, buvard, acide, LSD, extasy. Mieux que le sexe, mieux que la fellation, soixante-neuf, partouze, masturbation, tantrisme, kama-sutra, brouette thaïlandaise. Mieux que le Nutella au beurre de cacahuète et le milk-shake banane. Mieux que toutes les trilogies de George Lucas, l’intégrale des muppets-show, la fin de 2001 [...] Mieux que la liberté. Mieux que la vie. (@jeux d'enfants // beerus)
polka dots
☆ cash & dréa ☆
Bien qu'elle n'en montre rien, son cerveau est dans l'incapacité de réfléchir correctement. Non seulement parce qu'elle est, vraiment, à l'envers, mais aussi à cause de la présence du jeune homme. Et plus le temps passe, pire c'est. La tension monte petit à petit, comme d'habitude. Elle la sent, intense. Et c'est encore pire lorsqu'il lui répond. Elle lâche un sourire, parce qu'elle s'y attendait. Pas de réaction spéciale, juste un retour tout aussi espiègle. Le vile. Mais bizarrement, ce soir, elle se retient de lui répondre. A la place, elle se contente de continuer à le fixer sans ciller, haussant les épaules. Ses lèvres se pincent. Retiens toi, Vincenzo. Et elle le fait. Pour une fois, elle reste forte, presque digne. La situation devient limite bizarre, c'est pas habituel. En temps normal, le jeu est plus facile, parce qu'il est plus compliqué. Parce qu'il faut faire gaffe, ne pas se faire griller. La dangerosité. C'est ça, qu'elle aime vraiment. Et là, il n'y a pas vraiment de danger. Enfin si, puisque les autres peuvent rentrer à tout moment. Et un drame peut vite arriver, surtout s'ils sont tous en état d'ébriété. Mais bon. Au pire, ils ne font rien de mal, là? Enfin, pas encore. Ou peut-être. Le fait de ne pas se quitter des yeux, plantés l'un devant l'autre est déjà grotesque. Ça pourrait presque la gêner, la gosse. Mais elle est habitué. Et elle pourrait rester des heures comme ça, à le contempler. Parce qu'il a ce truc. Ce je ne sais quoi. Lui aussi, il semble prit dans ses pensées profondes. Et un instant, elle se demande ce à quoi il pense. Parce que lui, c'est pas du tout un putain de livre ouvert. Loin de là. L'opposé, même. Et bien des fois, ça la frustre. Clairement. Le seul moment où il se laisse aller, c'est lorsque leurs corps ne font plus qu'un. Ils se perdent dans leurs gestes, souvent bruts, parfois doux. Rarement. Mais au moins, il laisse transparaître quelque chose, même si ce n'est que du plaisir. Pure et dure. Mais c'est déjà ça. Et c'est bien assez, d'ailleurs. Bien qu'elle aimerait tout de même pouvoir déceler certains ressentis, autres que ceux qu'il veut bien montrer.
Elle secoue vivement la tête, se reprend. Encore une fois, elle était repartie dans les vestiges profonds de son esprit, trop vagabond. Trop en vrac. Puis, elle le remarque. Il est plus proche. De très peu, mais tout de même. Elle le remarque. Sa respiration s'accélère légèrement, et son rythme cardiaque en fait autant. Et puis, sa voix. Encore. Elle ne sait pas si c'est fait exprès, mais elle sent qu'elle a changé. Un peu plus rauque, peut-être? Plus grave. Et ça, ça n'annonce rien de bon. Sur le coup, elle ne sait pas quoi faire. Fuire? Faire semblant de ne rien remarquer? Bien sûr que non, elle en est incapable. Ce n'est pas dans ses gênes. "Mouais. Pas encore assez, à mon goût.." Hop. Nouveau sourire en coin. Elle-même, elle ne comprend pas le sens réel de sa phrase. Mais c'est sorti tout seul, sans filtre. Révélation implicite. Elle en veut plus. Elle veut vraiment se retourner le cerveau, se perdre totalement. S'oublier elle-même. Perdre toute notion. Et elle le sait, qu'avec Cash, elle le peut. De n'importe quelle manière. Puis, elle le sent, ce regard légèrement baissé. Elle le voit, même. Trop, c'est trop. Ne voulant pas craquer tout de suite, la première, elle prend l'initiative de bouger. Direction le canapé. Atelier roulage. Et elle récupère un semblant de souffle, même si dans le fond, elle sait que ce n'est que le début.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 27
Points : 66
Date d'arrivée : 30/09/2017

MessageSujet: Re: not a good night   Lun 2 Oct - 22:10


not a good night.

 








eux deux, c'est une blague. aucun ne veut céder le premier à la tentation que représente l'autre. aucun ne veut se jeter le premier sur les lèvres bien trop attrayantes de l'autre. comme toujours. les deux qui s'observent. sauf que d'habitude, y'a un petit truc en plus. une touche de folie sûrement. le danger qui précipite un peu les choses. qui les fait profiter de l'instant. parce qu'ils savent qu'il ne va pas durer. sauf que là, ils sont juste tous les deux. gio et niamh qui peuvent rentrer à n'importe quel moment comme ne pas rentrer du tout. c'est là qu'est le piège. se sentir hors d'atteinte alors qu'ils peuvent débarquer. que gio peut débarquer. débarquer et tout casser en le trouvant dans les bras l'un de l'autre. y'a même pas besoin d'un réel rapprochement d'ailleurs. un simple échange de regard trop intense suffirait à causer un trouble. les deux, ils ne contrôlent rien. rien du tout. deux jeunes qui luttent pour garder le contrôle de leur corps et qui subissent une tension palpable. de plus en plus au fil du temps. les minutes qui s'écoulent. le temps qui file sans qu'ils ne s'en rendent vraiment compte. dans leur bulle. dans leur monde. coupé des autres. de la vie qui continue dehors. comme s'il n'y avait plus qu'eux dans cet appartement. périmètre réduit d'ailleurs. périmètre qui se résume à la salle de bain. elle ne lui répond pas andréa. non, elle se contente de continuer de l'observer. silencieusement. silence qui pourrait être lourd. gênant. sauf qu'il ne l'est pas. non. comme tout le reste d'ailleurs. les regards trop appuyés. la distance qui les sépare qui se rétrécit légèrement. mais c'est notable. les deux dans leurs pensées. bien trop loin. déconnectés de la réalité. la gamine finit par secouer son visage. pour redescendre sur terre. clairement. alors ça le fait sourire cash. sourire qu'il laisse étirer ses lèvres sans même essayer de le cacher. l'amusement perceptible sur chaque trait de son visage. lui, il sort de ses pensées quand elle prend parole. quand elle lui répond. balance qu'elle n'est pas encore assez bien à son goût. j'ai d'quoi remédier à ça si tu veux. il balance ça naturellement. parce que c'est la vérité. il a de quoi faire planer bien trop haut n'importe qui. l'avantage de vendre ces diverses merdes. cash, il l'observe. ses lèvres. il s'y attarde trop. c'est certain. quelques instants avant que son regard ne revienne se poser dans celui de la gamine. gamine qui prend la fuite. assez rapidement. trop rapidement à son goût d'ailleurs. il tourne simplement la tête pour voir où elle s'est rendue. le canapé. pas tellement surprenant au final. prendre ses distances. se mettre à l'aise en même temps. il ne dit rien cash. n'ayant pas vraiment l'envie de relever le fait qu'elle ai fuit. parce qu'il se fait peut-être des idées. il sait pas. il peut pas savoir. tu veux boire ou manger un truc ? paroles balancées juste comme ça. pour savoir s'il allait devoir ramener un autre truc de la cuisine. parce qu'il compte bien aller prendre un truc. à boire et à manger. une bière déjà. et sûrement un paquet de chips. s'il en reste. histoire de remplir un minimum son estomac ou s'en donner l'illusion. alors il s'éloigne. quelques instants. pas bien longtemps. et il revient avec le nécessaire. il dépose le tout sur la table basse et se laisse simplement retomber sur le canapé. lourdement. dans un souffle. il s'installe sûrement un peu trop près. sûrement. il n'a pas remarqué. pas fais exprès.

   

_________________
pour séduire les filles, tout peut marcher sauf être un garçon bien.
   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

membre □ Suddenly, staring at nothing, I see it. All is gradual.


Textos : 61
Points : 251
Date d'arrivée : 25/09/2017

MessageSujet: Re: not a good night   Mar 3 Oct - 21:13

Du bonheur à l’état pur, brut, natif, volcanique, quel pied ! C’était mieux que tout, mieux que la drogue, mieux que l’héro, mieux que la dope, coke, crack, fitj, joint, shit, shoot, snif, pét’, ganja, marie-jeanne, cannabis, beuh, péyotl, buvard, acide, LSD, extasy. Mieux que le sexe, mieux que la fellation, soixante-neuf, partouze, masturbation, tantrisme, kama-sutra, brouette thaïlandaise. Mieux que le Nutella au beurre de cacahuète et le milk-shake banane. Mieux que toutes les trilogies de George Lucas, l’intégrale des muppets-show, la fin de 2001 [...] Mieux que la liberté. Mieux que la vie. (@jeux d'enfants // beerus)
polka dots
☆ cash & dréa ☆
Elle s'installe, fait encore une fois comme si elle était chez elle. Et cela se ressent dans chacun de ses faits et gestes. Parce que la tension devenait trop forte, et dans sa tête, les choses ont commencés à dangereusement dérivés. S'aérer. Elle avait besoin de s'aérer, rien qu'un instant. Parce que trop fixer le brun, c'est trop dangereux. Autant pour elle, que pour lui. Mais finalement, elle ne sait pas si cela va servir à quelque chose, vu son intention actuelle. Fumer. Encore. Et si elle est encore capable de résister pour l'instant, elle n'est pas sûr que cela dure bien longtemps. Parce qu'elle est déjà bien amochée, et un autre joint risque bien de la terminer. Mais bon. Il lui affirme qu'il a de quoi pour qu'elle soit bien, et elle, elle sourit malicieusement. Bien sûr, comme toujours. Il a toujours ce qu'il faut, Cash. C'est même lui le dealeur de la plupart des jeunes d'Oro Valley. Dréa, elle, elle va ailleurs. Ne va pas se mêlée à lui plus qu'elle ne l'est déjà. C'est assez compliqué comme ça, n'en rajoutons pas. Elle commence donc son propre roulage, mais ne refuse pas la proposition du jeune homme pour autant. Parce qu'elle sait que oui, il est bien fourni. Très bien, même. Et que la sienne, c'est l'une des meilleures. En revanche, avant de s'atteler à la tâche, il lui propose à manger, ou à boire, tout en allant dans la cuisine. Clairement, là non plus, elle ne dit pas non. Sa gorge est asséchée, symptôme de la fumette. Elle réfléchit à ce qu'elle veut manger, mais n'a pas vraiment le temps de donner une réponse au brun qu'il revient avec un peu de tout. La brune, elle regarde un peu ce qu'il y a, finit son cylindré, prend une bière, puis rechigne un peu sur la bouffe. Pas qu'elle n'en veuille pas, non. Mais parce que, là, elle sait ce qu'elle veut. Une pizza. Une bonne pizza quatre fromages, avec supplément fromage, bien sûr. Alors elle détourne le regard vers Cash, drôlement proche. Elle pince les lèvres, mais ne dit rien à leur proximité. Parce dans le fond, elle aime ça, ressentir sa chaleur, sentir son odeur. Elle a presque envie de prendre ses aises, d'installer ses jambes sur les siennes. Mais elle ne le fait pas. Pas tout de suite. A la place, elle lui lance un regard doux, trop doux, penchant la tête sur le côté. Elle sait qu'il va très certainement grogner, mais elle ne peut s'en empêcher. "J'ai envie sur une pizza, Cash..." Elle lui flanque un sourire en coin, avant de rire doucement. Pas que ce soit drôle, mais elle sait qu'il risque de rager, parce que elle, elle a trop la flemme pour bouger son cul. Putain, mais qu'elle chieuse. Mais bon. Il était là, il était venu la rejoindre. Et puis, merde, c'est lui qui a demander si elle voulait quelque chose.   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: not a good night   

Revenir en haut Aller en bas
 
not a good night
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [EDH] Wrexial, UB contrôle good stuff
» Présentation Dark Night
» [Paris by night] Duchesse Élisabeth de Northfolk et Angie Patricks
» [Paris by night] Manuela de la Vega + Elise de Rochebrune
» [Paris By night] Abel - personnage de Jeremy

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
jungle of dreams :: 

04. ORO VALLEY MISS YOU.

 :: Weaver valley :: Appartements
-
Sauter vers: